Le français, première langue officielle des Jeux Olympiques

Si c'était possible, il se retournerait dans sa tombe.

Personnellement, les Jeux olympiques me passent six pieds par-dessus la tête. (Je ne vois rien de transcendant dans le fait de suivre les péripéties de corps bien constitués, bien entraînés, etc. même si on dit que le « mental » est ce qu’il y a de plus important. Je ne suis pas antisport non plus, j’en pratique un peu. Ce que je n’aime pas, c’est quand le sport, une activité et un divertissement soit dit en passant, occulte tout le reste jusqu’à en devenir une religion.) Donc, la question du français insuffisant pour certains à Vancouver ne me fâche pas tellement, juste un peu, surtout parce que c’était prévisible (oui, je sais, c’est plutôt facile de faire ressortir la prévisibilité après-coup…).

Mais il y a quand même un élément assez important, au-delà de ces Jeux-ci :

Les langues en usage pendant les jeux sont, dans cet ordre, le français, l’anglais et la langue locale. […] C’est […] en français que débute la cérémonie de remise des médailles, comme le prévoit le protocole olympique.

Donc, logiquement, le français devrait quand même prendre une grande place, puisqu’il est la première langue officielle des Jeux et compte aussi pour le calcul pour ce qui est de la langue locale, étant donné que le Canada est bilingue (plus officiellement qu’en réalité, on en convient…). Mais bon, l’anglais, comme partout, s’impose :

À l’usage, le français recule […] clairement devant l’anglais au niveau de la signalisation sur les sites olympiques tandis que l’anglais est privilégié dans les discours des cérémonies d’ouverture et de clôture.

On s’entend aussi que la place du français au Canada est un sujet sensible? Et qu’il était évident que les francophones allaient scruter tout ça à la loupe, et pas seulement les souverainistes! Alors, je me demande si les organisateurs de ses Jeux sont seulement inconscients ou s’ils en ont profité pour faire un pied de nez qui ressemblerait plus à un couteau dans le dos à cette langue.

Et ceux qui reçoivent toutes ces critiques comme une douche froide alors qu’ils s’attendaient à la chaleur de l’eau qui glisse sur le dos d’un canard, je me demande vraiment de quelle couleur sont les fleurs dans leur monde puisque je ne les vois pas.

Ajouts :

Autre point de vue, autre avis avec lesquels je ne suis pas en désaccord.

Et un autre.

Un que j’hyperlie rarement.

Ce contenu a été publié dans Canada, français, opinions, sport, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le français, première langue officielle des Jeux Olympiques

  1. lutopium dit :

    Les olympiques sont un des rares évènements où les humains peuvent se rassembler et célébrer l’humanité… La couverture médiatique sent le nationalisme à plein nez et nous empêche de célébrer la victoire d’un norvégien, d’une suédoise ou d’un chinois… Et les québécois qui se disent indépendantistes se disent frustrés car le pays dont ils veulent se détacher ne respecte par leur appartenance à la fédération… Paradoxes.

  2. Warren Peace dit :

    On trouve ici le texte de la Charte Olympique:
    http://multimedia.olympic.org/pdf/fr_report_122.pdf

    Je cite le paragraphe 34 (3) de la Charte:

    34 Élection de la ville hôte
    3. Le gouvernement national du pays de toute ville requérante doit remettre au CIO un acte
    légalement contraignant par lequel ce gouvernement garantit et prend l’engagement
    que le pays et ses autorités publiques se conformeront à la Charte olympique et la
    respecteront.

    Voyons maintenant l’article 24 de la Charte Olympique:

    24 Langues
    1. Les langues officielles du CIO sont le français et l’anglais.
    2. À toutes les Sessions, une interprétation simultanée doit être fournie en français, anglais,
    allemand, espagnol, russe et arabe.
    3. En cas de divergence entre le texte français et le texte anglais de la Charte olympique
    et de tout autre document du CIO, le texte français fera foi sauf disposition expresse
    écrite contraire.

    = = =

    L’article 24 (2) n’est pas pertinent; il s’agit des délibérations internes du Comité, qui a reproduit ici les choix faits par l’ONU.

    Au moment du dépôt de la candidature de Vancouver, le Gouvernement canadien s’est porté garant du respect de la Charte olympique par le Comité organisateur.

    Se porter garant du respect de la Charte par le COVAN, ça implique que Mr Harper devait faire le nécessaire pour s’assurer que Furlong respecte le statut du français dans sa présentation. Ça veut dire également que la voix off, les enchaînements et les explications données quant au déroulement de la cérémonie DEVAIENT être faites dans les deux langues officielles du mouvement olympique.

    Que seulement 1,7% de la population britanno-colombienne soit francophone, ça n’a rien à voir.

    Que le Canada soit officiellement bilingue, ça n’a rien à voir. Mais ça aurait dû aider!

    = = =

    Ce gouvernement, qui est légalement responsable de ce cafouillage (en raison de ses engagements envers le CIO), devrait dénoncer vigoureusement tous ces rednecks qui vomissent leur fiel notamment dans le National Post. Le gouvernement Harper devrait dénoncer ces appels à la haine: They do not deserve bilinguism in Vancouver. Let them pay for the translation, if they are not bright enough to understand English…

    Bin oui, on est toutte des maudits braillards!

    Je me souviens. I shall remember.

  3. gillac dit :

    J’avoue que ces temps-ci je suis peu touché par ce qui se passe à Vancouver à part l’histoire fort touchante des frères Bilodeau. En fait ce qui m’a frappé le plus c’est le défilé des athlètes où plusieurs pays n’en comptaient qu’un seul. lequel était applaudi par leur président ou premier ministre en visite touristique. Il y avait même un pays où l’athlète était d’une autre nationalité et ne vivait pas dans le pays représenté. Alors que le français n’ait pas sa place dans un « freak show » destiné à faire rouler l’économie et à payer des belles vacances aux élites, je m’en fous comme de ma première chemise. La dégradation du français incluant ce qu’on peut lire sur plusieurs blogues (heureusement pas celui-ci) me préoccupe bien plus.

  4. Zoreilles dit :

    Si l’on fait abstraction de l’essentiel, c’est-à-dire une rencontre sportive internationale où la plupart des pays sont représentés par des athlètes de haut niveau qui consacrent leur vie au dépassement de soi et tout ce qui en découle d’histoires à succès qui serviront, on le souhaite, de modèles pour les autres (dans un monde idéal) on ne peut s’empêcher de se rendre à l’évidence, tout ce cirque médiatique est très hautement politisé.

  5. renartleveille dit :

    Lutopium,

    « Les olympiques sont un des rares évènements où les humains peuvent se rassembler et célébrer l’humanité… »

    si c’était seulement ça… Je pense au concours de celui qui pisse le plus loin…

    Warren Peace,

    premièrement, bienvenue ici et merci pour cette générosité!

    « Que seulement 1,7% de la population britanno-colombienne soit francophone, ça n’a rien à voir. »

    Et pourtant, personne là-bas ne semble le voir comme ça…

    Gillac,

    c’est un problème surtout politique, j’en conviens. Tellement qu’il occulte les J.O. et ses propres règles.

    Zoreilles,

    « tout ce cirque médiatique est très hautement politisé. »

    la politique est partout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *