États-Unis – Le néolibéralisme n’a pas tenu ses promesses

 

Aux États-Unis, le néolibéralisme n’a pas tenu ses promesses d’enrichissement pour la majorité des familles. Un graphique publié récemment par l’économiste Paul Krugman montre qu’à partir de la fin des années 70 l’écart entre le PIB par habitant et le revenu médian des familles se creuse toujours plus et ce, à partir du moment où la logique du néolibéralisme à commencé à faire des siennes, surtout avec l’arrivée du républicain Ronald Reagan à la Maison Blanche en 1981.

Selon Christian Nadeau, qui a analysé le graphique qui montre l’évolution des données depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale :

au cours des 30 premières années, la croissance économique engendrait une augmentation correspondante des revenus des familles. Durant les 30 années suivantes, 80% de la croissance économique a plutôt bénéficié aux plus riches.

Le pire dans tout ça c’est qu’une bonne partie de cette croissance économique est due à une augmentation des heures de travail!

Tout cela me rappelle trop les discussions que j’ai pu avoir avec des gens de droite. J’avais l’accusation facile et j’arguais que le néolibéralisme n’était qu’une logique pour permettre aux plus riches d’être encore plus riches. Il y avait de mon côté surtout la constatation des écarts de richesse qui se creusaient (et qui se creusent toujours), mais malgré ça, on me disait que non, que la création de richesse libérée le plus possible du contrôle étatique devait par magie distribuer ses fruits à la multitude. Il n’y a donc pas eu de magie, seulement beaucoup de cupidité, malgré un pays champion de la philanthropie.

Dans un des pays qui a le plus mis en oeuvre la logique néolibérale, il est clair que la promesse n’a pas été tenue. La multitude, le 99%, voit l’écart se creuser et voit arriver le point de bascule, là où la majorité de la classe moyenne rejoindra la classe pauvre. Comment ça ne pourrait pas faire autrement si ça continue ainsi?

Mais bon, ici, au Québec, puisque nous n’avons pas emprunté exactement le même chemin, nous ne pouvons rien faire d’autre pour eux que de peut-être donner l’exemple en n’élisant pas les candidats des partis influencés par le néolibéralisme, comme le PLQ et la CAQ, et d’améliorer la social-démocratie. Pour ce qui est du PQ, après avoir parcouru la partie de leur programme concernant ce qui touche à l’économie, l’influence me semble moins claire qu’elle me semblait auparavant. En espérant que la prochaine campagne se chargera de faire ressortir tout cela plus nettement.

Maintenant, j’aimerais bien que nos amis de la droite nous expliquent pourquoi le néolibéralisme n’a pas fonctionné aux États-Unis et pourquoi il fonctionnerait ici. Beau contrat. Sinon, pour ceux qui assument totalement leur parti-pris pour l’accroissement des inégalités dans une optique de mérite (contextuel et souvent bien hasardeux), je ne peux penser autrement d’eux qu’ils sont les dignes représentants d’une perversion sociale que le capitalisme, comme structurant culturel, à fait naître malheureusement, entre autres en diabolisant tout ce qui met en avant la donnée collective. Donc, je doute que même un exemple aussi probant que celui de Paul Krugman puisse un jour les guérir.

 

Ajout :

En fait, quand je pointe le capitalisme, il ne saurait s’agir d’un capitalisme pur, mais bien plutôt d’un capitalisme de connivence (ou de copinage – en anglais « crony capitalism »).

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à États-Unis – Le néolibéralisme n’a pas tenu ses promesses

  1. « le néolibéralisme n’a pas tenu ses promesses d’enrichissement »

    Non, je trouve au contraire qu’il a rempli ses promesses d’enrichissement… pour une certaine mafia corporateuse, comme prévu!

  2. « la création de richesse libérée le plus possible du contrôle étatique devait par magie distribuer ses fruits à la multitude. »

    Le problème est qu’elle n’est pas libérée le plus possible du contrôle étatique, justement. On est loin du marché libre aux États-Unis.

  3. Et évidemment, cette richesse créée ne peut pas être distribuée adéquatement si les gouvernements détournent les fonds à des fins corporatistes, policiers, bourreaucrasseuses et militaro-terroristes.

  4. En effet, il s’agit du capitalisme de connivence (crony capitalism) et non d’un capitalisme pur…

  5. Moulinneuf dit :

    La redistribution de la droite est simple , les profit et argent a eux dans des paradis fiscaux et les dettes au autres … Il sont jamais responsable de rien.

    Le vrai problème, est que le gouvernement devrait être cost et 100% efficace. Mais il faut se battre avec la droite qui veut son profit en volant les autres, en pyant pas et an demandant des subventions quand il en mérite pas et en ont pas de besoin.

    La droite est pire qu’un espion et mérite le même sort au moins un espion fait sa pour un autre pays , la droite fait sa contre son propre pays contre eux mêmes et surtout au détriment de tout les autre citoyens.

  6. Moulinneuf dit :

    Pourquoi je ne voterais pas pour PQ au prochaine élection :

    1. Le 3/4 des problème de système au gouvernement sont dûs a leur actions que les libéraux ont laisser aller en s’enpirant. Santé , finance , Taxation a 0% pour certaine comapgnie et riche ( sagard ) subvention illegal a des industrie qui en on pas de besoin du a leur profit qui ne retourne rien.

    2. Avec QS et Option nationnale il ne sont plus les seul parti a offrir l’indépendance.

    3. La fraude et achats de candidats est similaire au parti libéral.

    4. René Lévesque a jamais fait confiance ni n’a été un de ses proches a Pauline Marois , même si elle est une des membre du début/fondatrice du PQ.

    5. Claude Blanchet le marie de Pauline Marois est un autre vincent lacroix qui échape au poursuite du au connection de sa femme , il a eu des bonus au rendement faramineu et des pont d’oré de sortie incroyable pour des rendement innaceptable,l il as été aussi reconne d’avoir des connection avec Tony Accurso.

    6. Il n’ont pas de projet de récupérer l’ile danticosti , qui est 1 milliard de fois plus gros que les sables bitumineux et a été donné a rabais par libéraux.

    7. Il ne supporte pas les étudiants, ni la gratuité scolaire , malgré Léo blouin.

    8. Il vont just entrée au pouvoir et faire exactement comme les libéraux.

  7. JFC dit :

    6. Il n’ont pas de projet de récupérer l’ile Anticosti , qui est 1 milliard de fois plus gros que les sables bitumineux et a été donnée à rabais par libéraux.

    C’est un mensonge souvent rapporté par la petite gauche cheap. Le Québec va faire 40 cents pour chaque dollar extrait. Nous n’avons pas les structures, l’expertise et l’argent nécessaire pour tout faire nous même. On n’a même pas l’équipement et le budget nécessaire pour seulement explorer. L’exploration coute des 10es sinon des 100es de millions de dollars aux compagnies privées.

    De plus, c’est tellment rempli de bébé braillard au Québec, que chaque erreur prendrait des proportions géantes, et ce, sans oublier les médias qui propageraient souvent de fausses nouvelles, des non-nouvelles seulement pour mieux vous tourner dans la farine.

    Et si jamais l’État québécois passait des millars dans l’exploration sans succès, ça serait le capharnaüm total pour le gouvernement. Donc, ceci étant dit, je crois que donner ce pétrole au privé est LA bonne solution afin d’éviter de se faire chier par tout les Moulinneuf de ce monde.

  8. Minarchiste dit :

    @Renard

    Avec Krugman, il faut toujours faire attention! Le revenu moyen par famille n’a pas augmenté autant que le PIB per capita simplement parce que le nombre d’individus par famille a significativement diminué. C’est une erreur classique que font beaucoup d’économistes.

    L’autre erreur prépondérante est de confondre revenu et richesse. Beaucoup de gens ont peu ou pas de revenus et sont pourtant bien loin d’être pauvres. Par exemple, imaginez un retraité dont le seul actif est une participation de $150 million dans l’entreprise Osisko. Si cette année le prix de l’action ne varie pas et comme cette entreprise ne paie pas de dividendes, le revenu annuel de ce retraité serait de $0; serait-il pauvre pour autant? En somme, cette erreur consiste visualiser la richesse comme un flux, alors que c’est plutôt le stock de richesse qui importe.

    Par ailleurs, ceux qui mesurent la richesse en tant que revenu font souvent l’erreur de considérer les quintiles comme étant des groupes statiques, ce qui est une grave erreur car les individus qui les composent changent de quintile au fil du temps. Il est plus cohérent de suivre l’évolution d’individus plutôt que d’entités statistiques. Ainsi, les revenus moyens des américains de 25 ans et plus qui ont soumis un rapport d’impôts en 1996 et qui se situaient dans le plus bas quintile avaient augmenté de 91% en 2005. En revanche, les revenus des individus se situant dans le premier percentile – c’est-à-dire les 1% ayant les revenus les plus élevés – avaient vu leur revenu diminuer de 26% en 2005. D’ailleurs, plus de la moitié de ceux-ci ne figuraient plus dans le 1% en 2005.

    Une autre étude de l’Université du Michigan a démontré que seulement 5% des individus situés dans le cinquième quintile des revenus en 1975 y était encore en 1991, alors que 29% d’entre eux avaient atteint le premier quintile à cette date. Plus de la moitié des individus du dernier quintile en 1975 avaient été dans le premier quintile pendant au moins une année entre 1975 et 1991.

    En 2001, une étude a révélé que la majorité des gens considérés comme pauvres selon les statistiques avaient un climatiseur, une télévision couleur, une micro-onde, soit un lecteur VHS ou DVD, et un véhicule automobile, alors qu’en 1971, moins de la moitié des Américain avaient de tels biens.

    Avoue que ça ne dresse pas le même portrait !

    http://minarchiste.wordpress.com/2012/06/01/les-grands-mythes-economiques-mythe-5/

  9. « éviter de se faire chier »

    Je m’attends vraiment à ne pas voir ce genre de niaiseries sur Le Globe.

    Si tu tiens tant à être mal engueulé, écris via ton compte Facebook…

  10. « En 2001, une étude a révélé que la majorité des gens considérés comme pauvres selon les statistiques avaient un climatiseur, une télévision couleur, une micro-onde, soit un lecteur VHS ou DVD, et un véhicule automobile, alors qu’en 1971, moins de la moitié des Américain avaient de tels biens. »

    Ça me fait tellement penser au discours de Martineau par rapport aux étudiants. Fermez vos gueules, vous êtes capables de vous payer un iPhone!

    C’est pas parce que tu as un climatiseur, une télévision couleur, un micro-onde, un lecteur DVD et un véhicule automobile que tu es à l’abri des problèmes d’argent. De toute façon, y’a moyen d’avoir tout ça usagé, donc pas cher, et même neuf, il n’y a plus rien là-dedans qui est vraiment un luxe… Le luxe, c’est d’avoir les grandes marques et les nouvelles technologies quand elle viennent d’arriver sur le marché.

  11. JFC dit :

    Souvent, ce ne sont pas des problèmes d’argents mais de budgetage. Au Québec, nous n’apprenons pas comment gérer notre argent et comment établir des budgets, ce qui fait que nous ne mettons pas nos priorités aux bonnes places.

    Pour ce qui est de l’argent, le pouvoir et tout ce qui vient avec, notre vieux fond catholique culpabilisant fini toujours par nous ratrapper d’une façon ou d’uen autre. Sinon il y a toujours quelqu’un sur le web, dans les médias ou dans ton entourage pour te rappeler que l’argent c’est mauvais et que le capitalisme est le mal.

  12. L’argent et le capitalisme ne sont pas bons ou mauvais en soi. Ce sont leurs répercussions sur la société et les gens qui la composent que l’on doit juger.

    S’il t’est impossible d’admettre que l’écart démontré par Krugman est problématique (reste à s’entendre à quel niveau), c’est que de ton côté l’argent et le capitalisme sont bons en soi et les remettre en question est de l’hérésie…

    Il y a une sacrée différence entre critiquer et penser que quelque chose est mauvais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *