Charlie Hebdo : un attentat contre la liberté d'expression

FRANCE-ISLAM-CARTOON-MEDIA

Photo : MARTIN BUREAU/AFP/Getty Images

Ma douce vient de me réveiller et je suis sur l’adrénaline. La nouvelle qu’elle vient de m’apprendre est plus redoutable qu’un café : l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo a été victime d’un attentat terroriste et on compte une douzaine de morts, dont le dessinateur vedette Charb. Je n’ose pas m’imaginer quelle est l’ambiance en France actuellement, autant du côté des proches des victimes que de la population en général. Mes pensées sont dirigées vers eux…

CHARLIE HEBDO-attentat

Bien sûr, la question de savoir s’il s’agit d’un attentat terroriste à saveur islamiste est centrale. Même si le classique « Allahu Akbar » a été entendu, même si surtout le journal polémiste ne se gênait pas pour publier des caricatures de Mahomet et que les assaillants ont crié « nous avons vengé le prophète! » avant de prendre la fuite (selon un article de La Presse).

On trouvera bien le moyen d’amoindrir le tout, mais c’est la liberté d’expression qui a été visée en son coeur par la barbarie que rend possible l’extrémisme religieux. Aucun attentat n’est acceptable, mais celui-là est très symbolique pour moi, puisque depuis l’histoire des caricatures de Mahomet au Danemark, la question de l’interdit me touche particulièrement.

Pendant que j’écrivais les lignes précédentes, je pensais en parallèle à l’image qui va accompagner mon texte. Je me souvenais d’une campagne qui avait eu lieu en 2010 et qui demandait de faire une caricature de Mahomet pour être solidaire de ceux qui se sont mis en danger. J’avais participé, parce que je crois que cet interdit n’a pas de sens, quel qu’en soit les raisons. Les croyances religieuses de certaines personnes ne peuvent pas être le barème de la liberté d’expression pour tout le monde. Et la justice ne peut pas être la menace et le meurtre.

J’avais pondu une caricature et un montage photographique représentant le prophète que j’avais publiés sur mon blogue perso, mais je les avais retirés assez rapidement. Je me disais que je pouvais illustrer ce présent texte avec une de ces deux oeuvres, mais j’ai la peur au ventre.

J’ai eu la peur au ventre voilà cinq ans et entre-temps l’équipe de Charlie Hebdo a bravé l’interdit avec courage. Ils devaient croire que l’humour peut tout guérir, même la susceptibilité religieuse. Il y a des croyances plus positives que d’autres…

*******

Je vous laisse avec un extrait d’un statut Facebook de Michel Bouchard, rédacteur en chef de Safarir, magazine humoristique québécois :

En tant que rédacteur en chef d’un magazine d’humour, j’ai déjà reçu des tas de menaces. On m’a menacé de me casser les jambes parce que Safarir avait publié des gags sur les assistés sociaux, on m’a déjà accusé de faire la promotion du suicide chez les jeunes, on m’a dit que j’étais antisémite parce qu’on parodiait le code de vie de Hérouxville avec un genre de personnage semi nazi.

Puis il y a eu cet appel placé directement chez-moi, dans ma maison, sur mon téléphone personnel, par un représentant du Congrès musulman canadien. J’en étais à mon premier magazine en tant que rédac chef et ça concernait le mag précédent, alors que Frédéric Antoine était ze big boss. La personne du Congrès musulman canadien m’appelait de Toronto (j’ai l’afficheur) et en m’appelant par mon prénom, il m’a « prévenu » que si le dessin en question était une « représentation du prophète », ce qui est interdit, une mise en demeure me serait envoyée (WTF ?) et qu’il « ne pouvait pas me garantir la suite des choses (?) parce que certains de ses amis étaient plus radicaux que lui ».

Sur le coup, je l’ai envoyé promener en lui disant qu’un Mohammed avec un turban, c’était pas une rareté dans le monde et qu’il pouvait bien m’envoyer toutes les mises en demeure qu’il voulait… Aujourd’hui, je réalise que ces menaces ont influencé certains trucs. Nous avons discuté, Sylvain V. Bolduc, le proprio de Saf à ce moment, de la possibilité de jouer à la sauce Charlie Hebdo dans un numéro et avons convenu que c’était un peu trop risqué.

Je veux saluer le courage de Charlie Hebdo, des gens qui ont eu les couilles de se tenir debout face à cette propagande haineuse livrée à grands coups de « Au nom d’Allah ». Malheureusement, c’est tellement triste et déplorable, ils ont payé le prix le plus élevé qui soit pour ce courage en se faisant attaquer par des lâches. Chez Charlie Hebdo, ils ont toute mon admiration, toute ma reconnaissance et j’espère que la liberté de presse finira par triompher.

Reposez en paix braves gens.

Suivez-moi sur Facebook et Twitter

Ce contenu a été publié dans Opinion, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Charlie Hebdo : un attentat contre la liberté d'expression

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *