Charest le bon vivant, ou, ce qui n’est pas important dans une élection

 

Non, mais, qui ne savait pas Jean Charest est un boute-en-train en privé? Dans sa chronique « Charest me fait rire », le photographe Maxime Deland tenait à le souligner à gros traits en mettant ce fait en contradiction avec celui que le libéral en chef est une vraie plaie quand le « kodak » est allumé.  Je me demande bien pourquoi. Parce qu’à la base on n’élit pas un mononcle-le-fun, mais bien un chef d’État (ou « une » chef : c’est implicite, mais je l’indique parce que je ne veux pas me faire taper sur les doigts…).

Vraiment, la donnée personnelle est surévaluée (et surtout surreprésentée) en campagne électorale et cet exemple n’est que la pointe de l’iceberg. Il est certain qu’un cerveau est enrobé d’une mécanique humaine qui parle d’elle-même, mais tout ce langage corporel vise surtout à gonfler la confiance de l’électeur potentiel. Et au-delà de la confiance, il faut bien mettre de la chair autour de l’os.

Je peux vous l’avouer, un de mes ‪fantasmes électoraux‬ est qu’un jour il n’y ait plus de pancartes, puisque ça ne dit rien d’important à l’électeur. Il devrait seulement y avoir des pancartes pour rappeler aux gens d’aller voter. Autre fantasme ‪électoral‬ : qu’il n’y ait plus de poignées de main, puisqu’une poignée de main est insuffisante pour prédire l’avenir (même le dedans de la main d’ailleurs, mais ça, c’est une autre histoire…). Et puis, il faut le dire franchement, si une simple poignée de main réussit à convaincre quiconque de voter pour un candidat, c’est qu’il serait temps de penser sérieusement à délivrer des permis pour voter… Mais mon fantasme électoral suprême c’est qu’il n’y ait plus d’embrassades de bébés, parce que les bébés n’ont pas le droit de vote.

Sérieusement, tout ce que j’essaye de dire c’est qu’il faudrait arrêter de trouver ça normal qu’une bonne partie de la démarche électorale soit basée sur ce genre d’insignifiances. Et à force de ne pas trouver ça normal et de le dire, peut-être que les partis politiques vont passer tout leur temps à creuser en profondeur et à inviter la population à les suivre! D’ailleurs, l’humoriste Guillaume Wagner illustre très bien la chose en compagnie du chef d’Option nationale Jean-Martin Aussant dans la capsule vidéo qui suit :

 

(Photo : Martine Chapuis)

Ce contenu a été publié dans politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *