Un voile comme drapeau

À l’émission Les Francs-Tireurs cette semaine, j’ai bien aimé l’image qu’utilise « la journaliste, essayiste et polémiste française Caroline Fourest » pour pointer le voile que porte certaines musulmanes. Elle en dit que c’est comme un drapeau. Si je comprends bien, pas au sens strictement national, mais bien plutôt au sens politique. Quand la politique et la religion sont main dans la main pour promouvoir des valeurs.

Même de son côté, il n’est pas question d’interdire qui que ce soit de le porter (mis à part pour les employés de l’État), mais il faut par contre qu’elles et que tous reconnaissent que cette pièce d’étoffe ne pourra jamais simplement témoigner d’une singularité, comme pourrait le faire un accessoire vestimentaire comme un chapeau, par exemple. Il y a un message qui dépasse amplement la démonstration de la foi, il n’est pas égal à celui d’un crucifix dans le cou de quelqu’un. C’est se draper de l’intégrisme, de l’immobilisme, là où la liberté n’a pas de droit de cité.

À l’opposé, on pense à la mode actuelle, à la dénudation progressive des femmes (en même temps ce n’est pas si progressif, pensons à la mode des mini-jupes dans les années soixante et tout ce qui a suivi). Certains pourront penser que c’est un modèle aussi restrictif, mais celui-là promut par la culture populaire, celle-là soutenue par la société de consommation, et que dans le fond on n’a qu’à choisir entre le dieu de la religion et le dieu de l’argent. La différence notable, c’est que le visage du premier est beaucoup plus clair, et au moins avec le deuxième il n’y a pas de doute qu’il participe de l’humain. Alors, il est facile de savoir lequel est le plus malléable.

Au moins, quand on voit une femme presque nue se promener à l’air libre, on sait que c’est bien inhérent à la culture. Pour ce qui est du voile et de ses dérivés, la culture est bien loin dans le calcul même si c’est le multiculturalisme ou l’interculturalisme qui le défend.

Ce contenu a été publié dans culture, opinions, religion, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Un voile comme drapeau

  1. Houssein dit :

    J’ai raté l’émission malheureusement, donc je sais pas trop ce qu’elle a raconté… Par contre en réaction à ce que tu rapportes ici, je me pose la question : le voile ne représenterait pas un simple signe de foi, mais serait porteur d’un message politique. Admettons. Mais alors, où est le problème ? Ne vivons nous pas dans des sociétés libres où chacun est en droit d’exprimer ses opinions politiques ou autres comme bon il lui semble ?

  2. renartleveille dit :

    Houssein,

    je prends quelques secondes pour te répondre…

    Si tu veux, tu peux visionner l’entrevue, le lien est dans mon billet, c’est la dernière partie de l’émission.

    Je te reviens plus tard.

  3. Alex dit :

    Je n’ai aucun problème que cela soit vu comme un signe politique ou religieux ou les deux. Ça ne change rien et ça ne me dérange pas du tout, sauf pour quelques exceptions (employés de l’état ayant un rôle public (policière, pompière, vous voyez le genre)).

    «Il y a un message qui dépasse amplement la démonstration de la foi, il n’est pas égal à celui d’un crucifix dans le cou de quelqu’un. C’est se draper de l’intégrisme, de l’immobilisme, là où la liberté n’a pas de droit de cité»

    Primo: Oh là. M’sieur Léveillé, on met tout le monde dans le même panier ici. Les musulmans ne sont pas tous des intégristes extrémistes muchetruc là. L’islam, ce n’est pas seulement ce que les Talibans en font. C’est définitivement beaucoup plus que ça. Et beaucoup mieux. Il ne faut pas tout rejeter en bloc ou juger trop rapidement.

    Secondo: pour moi, le crucifix est un symbole qui a autant d’importance que le voile. Si tu le vois de façon plus anodine et sans importance, c’est justement parce que bon nombre de Québécois ont délaissé la religion catholique. C’est pour cette raison que le symbole te semble moins fort. Un symbole religieux, c’est un symbole religieux. Il n’y a pas de dégré «d’importance» selon moi.

    Dire que le port du voile est automatiquement un acte d’approbation envers l’intégrisme revient à dire que le port du crucifix est une approbation pour les actes de pédophilie commis par les prêtres irlandais.

    Une femme qui porte le voile en toute liberté n’est pas, pour moi du moins, une femme qui se drape dans l’intégrisme. C’est une femme qui vie et affirme sa religion sur la place publique. Et ça, c’est un droit personnel immuable. Je préfère voir une femme voilée se promener dans la rue, travailler et participer à notre société que de lui interdire le port du voile et qu’elle se retrouve confinée à la maison sans pouvoir en sortir.

    À mon sens, ce qui importe vraiment est: Les femmes qui portent le voile le font-elles de plein gré ou de force? Voilà ce qui est le plus important à mon avis. Toutes celles qui répondent «de gré» reçoivent mon appui instantanément.

  4. Bakouchaïev dit :

    « Il y a un message qui dépasse amplement la démonstration de la foi, il n’est pas égal à celui d’un crucifix dans le cou de quelqu’un. C’est se draper de l’intégrisme, de l’immobilisme, là où la liberté n’a pas de droit de cité.» C’est vrai que l’Église catholique a un passé très glorieux et qu’en tant que libertaire, je me réjouis de la position du Pape sur le condon. C’est du monde ben cool, même avec les pédophiles.

    «Au moins, quand on voit une femme presque nue se promener à l’air libre, on sait que c’est bien inhérent à la culture. Pour ce qui est du voile et de ses dérivés, la culture est bien loin dans le calcul même si c’est le multiculturalisme ou l’interculturalisme qui le défend.» C’est certain, comment peut-on faire un lien entre le voile et la culture des Musulmans et des Musulmannes? Je vois pas le rapport. C’est juste un phénomène très répandue dans leurs pays et repris par certainnes Mulsumannes ici.

    Et il est vrai, quand je vois une fille à moitié nue dans la rue, je pense Canada à l’instant même où je vois de la peau.

  5. Je suis d’accord avec Bakouchaïev. Je rajouterais que les femmes grecques de l’Antiquité étaient forcées, elles aussi, de porter un voile – sinon à se coiffer de manière très peu flamboyante – et à se couvrir les bras (aujourd’hui, ce ne sont que les vieilles qui sont toutes habillées en noir et en plus elles n’ont pas de dents) après le mariage. Une femme aux cheveux détachés était soit une folle, soit une pute.

  6. renartleveille dit :

    Houssein,

    Mais alors, où est le problème ? Ne vivons nous pas dans des sociétés libres où chacun est en droit d’exprimer ses opinions politiques ou autres comme bon il lui semble ?

    j’écris dans mon billet :

    Même de son côté, il n’est pas question d’interdire qui que ce soit de le porter (mis à part pour les employés de l’État)

    Et je continue :

    mais il faut par contre qu’elles et que tous reconnaissent que cette pièce d’étoffe ne pourra jamais simplement témoigner d’une singularité

    Dans le fond, le problème (et, je le répète, ce n’est qu’un problème au niveau du message), c’est justement que le voile est défendu avec l’argument de la simple expression religieuse alors que ce n’est pas seulement ça, comme le démontre Caroline Fourest et avec laquelle je suis entièrement d’accord. Juste le fait que ce n’est pas toutes les musulmanes qui le portent est une bonne raison de le remettre en question et c’est ça le point central de la démarche à mon avis.

    Personne n’ira interdire une femme de s’en couvrir, mais il faudrait qu’elle comprenne que son voile est plus grand qu’elle.

    Alex,

    tout d’abord, bienvenue ici!

    Primo: Oh là. M’sieur Léveillé, on met tout le monde dans le même panier ici. Les musulmans ne sont pas tous des intégristes extrémistes muchetruc là. L’islam, ce n’est pas seulement ce que les Talibans en font. C’est définitivement beaucoup plus que ça. Et beaucoup mieux. Il ne faut pas tout rejeter en bloc ou juger trop rapidement.

    Je ne rejette surtout rien en bloc. Je suis conscient que beaucoup de musulmanes ne portent pas le voile, donc qu’il n’y a pas que des intégristes. Le sujet est le voile et ce qu’il communique. Et je crois qu’il communique un intégrisme, et sûrement malgré beaucoup d’entre elles. Quoique, ce n’est pas rien de cacher ses cheveux… Si c’est de la simple coquetterie, je ne sais plus par quel bout le prendre!

    Secondo: pour moi, le crucifix est un symbole qui a autant d’importance que le voile. Si tu le vois de façon plus anodine et sans importance, c’est justement parce que bon nombre de Québécois ont délaissé la religion catholique. C’est pour cette raison que le symbole te semble moins fort. Un symbole religieux, c’est un symbole religieux. Il n’y a pas de dégré «d’importance» selon moi.

    Le crucifix ne cache qu’un infime bout de peau. Et je reviens encore aux cheveux cachés par le voile. Ce n’est pas anodin.

    Dire que le port du voile est automatiquement un acte d’approbation envers l’intégrisme revient à dire que le port du crucifix est une approbation pour les actes de pédophilie commis par les prêtres irlandais.

    C’est trop facile… Premièrement, je ne dis pas du tout « que le port du voile est automatiquement un acte d’approbation envers l’intégrisme », je dis qu’il en est le symbole, par-delà d’elles. Elles ne sont que le véhicule, en fin de compte, et ce n’est pas elles que je juge.

    Et ça, c’est un droit personnel immuable. Je préfère voir une femme voilée se promener dans la rue, travailler et participer à notre société que de lui interdire le port du voile et qu’elle se retrouve confinée à la maison sans pouvoir en sortir.

    Ça, je le répète encore (c’est dans mon billet) :

    il n’est pas question d’interdire qui que ce soit de le porter (mis à part pour les employés de l’État)

    Mais rien n’empêche de le remettre en question.

    Bakouchaïev,

    j’utilisais l’exemple du crucifix pour ma démonstration, pas pour comparer les religions. Tu peux lire mon commentaire à Alex, il illustre bien ma pensée.

    C’est certain, comment peut-on faire un lien entre le voile et la culture des Musulmans et des Musulmannes? Je vois pas le rapport. C’est juste un phénomène très répandue dans leurs pays et repris par certainnes Mulsumannes ici.

    Bon, OK, c’est de la simple coquetterie…

    Mouton Marron,

    ça me semble contradictoire que tu sois d’accord avec Bakouchaïev. Surtout quand je lis ta dernière phrase :

    Une femme aux cheveux détachés était soit une folle, soit une pute.

  7. Alex dit :

    @renart Merci. Tes réponses viennent éclaircir et nuancer ce que j’avais lu dans ton billet.

    Je pense que l’on s’ingère peut-être un peu trop dans leurs affaires personnelles mais si je te comprends bien, on fait juste jaser là. Et j’ai aucun problème avec ça. 🙂

  8. renartleveille dit :

    Alex,

    Je pense que l’on s’ingère peut-être un peu trop dans leurs affaires personnelles 

    tu pointes exactement le noeud du problème. Si c’est visible en public, ce n’est pas que « leurs affaires personnelles ». On ne parle pas de ce qu’elles font dans leurs chambres à coucher, quand même.

  9. L'Agitateur dit :

    Je vous lance une question bien précise : pourquoi une femme dite « musulmane » porte le voile, et une autre dite « musulmane » aussi n’en porte pas ?

    Le « multiculturalisme » n’est pas une explication valide.

  10. Je crois que je me suis très mal exprimé au sujet des femmes grecques aux cheveux détachés. Ce n’était pas un jugement de valeur. J’essayais de montrer que les positions réactionnaires n’étaient pas le privilège historique exclusif de l’Islam.

    Je pense que ne se battre que contre l’Islam est discriminatoire. Il faut distribuer les claques de manière équitable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *