Britney Spears : histoire de contrastes

Vous allez me trouver drôle, ou mieux bizarre, mais le sujet de ce billet concerne Britney Spears. Je suis tombé sur cette dépêche hier avant de me pieuter, via Franz Schürch, écrivain, poète (donc, c’est beaucoup aussi ce lien qui m’a marqué, au-delà de l’hyperlien…). Il y est dit qu’elle « a été hospitalisée jeudi dans un établissement psychiatrique pour la deuxième fois en l’espace d’un mois. »

Petit rappel : « La justice lui a récemment retiré le droit de garde et le droit de visite qu’elle exerçait jusqu’alors sur ses deux fils.

Elle a également été contrainte de suivre des thérapies pour se défaire de ses addictions à l’alcool et à la drogue. »

Elle qui incarnait la droiture et la virginité voilà pas si longtemps…

Il me serait très facile de faire des liens avec sa vie de star, le vide existentiel qu’amène la richesse, les valeurs matérialistes, la superficialité, mais je n’irai pas là. Mais ce que je remarque, même pour moi, c’est que ses affres lui ont donné une valeur ajoutée, son pathétisme plait, et ça tombe que sa musique plait aussi, malgré quelques mauvaises critiques. Comme DJ je peux vous le garantir. Nous sommes loin de Marie-Élaine Thibert, drabe parmi les drabes. Mais ça reste quand même assez tordu comme phénomène.

Il y a quelque chose dans cette histoire qui est représentatif de notre amour pour la démesure et le contraste. Peut-être parce que ça se place en porte-à-faux de notre existence morne; ou c’est la peur de la suivre dans la voie de la folie à notre tour qui nous allume, nous fait devenir voyeur, comme lorsqu’on regarde, pour ceux qui en sont capables, un film d’horreur. Très peu pour moi les potins, justement, j’aime mieux les films d’horreurs — je dois avoir plus peur de la mort que de la folie… Ça sera donc ici mon humble contribution.

Ça me fait penser à une idée de photos que je voulais faire il y a longtemps et que je n’ai pas encore fait (et que je ne ferai sûrement jamais, donc je l’archive en mots ici). Une idée simple, mais qui frappe. La photo d’un curé, et à côté, la photo du même homme, mais itinérant.

Ce contenu a été publié dans musique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Britney Spears : histoire de contrastes

  1. Regardurbain dit :

    Oops, I did it again!, comme elle disait en rentrant à l’hôpital. Et comme disait récemment le bon vieux Foglia, que tu cites dans un autre article: «Les gens roulent à 140 km-h pour retourner dans leur vie à 10 km-h. Ici, trop de gens se pâment pour Britney pour la même raison. À défaut de vivre une vie folle, je vais regarder ailleurs pour me consoler… du moins, tant que la télé sera ouverte.

  2. bibconfidences dit :

    Pourquoi est-ce que je fais le parallèle entre Britney et Alice Robi? Dans 25 ans quelqu’un écrira peut-être un film sur Britney et l’injuste système qui l’a fait souffrir. Peut-être la dépeindra-t-on comme une femme incomprise?
    Ou peut-être que non parce que c’est maintenant que le film se tourne, en direct, objectif à grand angle parce que comme tu le dis si bien, la démesure attire et s’attise d’elle-même.

  3. accentgrave dit :

    Il patrait qu’elle est obssédée par le cul…c’est peut-être là son problème, trop de refoulement entre son enfance et l’âge adulte

  4. franz schurch dit :

    Merci d’avoir pris le prétexte de mon lien pour réfléchir à cette question. Et puis c’est quand même juste une femme, qui a des enfants qu’elle ne peut plus voir, qui tout en n’en pouvant plus de devenir folle à tous les jours, fait des disques et des spectacles, et à qui pour toute solution, en la déclarant bipolaire, on va donner des anti-dépresseurs à la pelle.

  5. bibconfidences dit :

    Tu écris trop vite pour le temps dont je dispose à lire ce qui m’intéresse. Un mot donc sur ton billet précédent, je le trouve très pertinent, à mon avis en tout cas.
    Je m’interroge beaucoup sur les blogs et sur la pertinence de ma présence dans cette blogosphère… Ce que tu dis est vrai, je lis avec beaucoup plus d’attention et d’acuité la plupart du temps les blogs qui m’intéressent que la plupart des articles de la Presse…
    Tant de regards différents sur une société qui se morcèlent de jours en jours ça aide à mettre ses pensées en ordre.

  6. Regard Urbain,

    ça me console de lire ça : « Les gens roulent à 140 km-h pour retourner dans leur vie à 10 km-h ».

    Peut-être que je me mens à moi-même, mais il me semble que pour moi c’est le contraire…

    Mais il faut bien se comprendre, je ne crache ici du tout sur Britney.

    Bibco,

    bon parallèle.

    Pour ce qui est de ton deuxième commentaire, je suis bien content que tu prennes au sérieux les blogues, c’est encourageant pour tout le monde. Je crois à la bonne volonté des blogueurs, même de ceux avec lesquels je ne suis pas d’accord sur le fond, enfin…

    Accentgrave,

    ah ouin! Je n’avais jamais entendu parler de ça…

    Franz Schurch,

    j’avoue que Britney est presque seulement un prétexte pour parler de la situation générale des gens kidnappés par le vedettariat. Il y a un paradoxe assez fort qui en ressort : toute cette attention médiatique semble participer en grande partie au dérapage et pourtant l’attention médiatique redouble à cause de la démonstration de ce dérapage. C’est comme si les médias creusaient eux-mêmes le trou où enterrer le phénomène. Mais le vedettariat est un monde où la résurrection est de mise, le recyclage, pour être moins spirituel…

    ———————-

    Je ne le dis pas assez souvent, merci de laisser des commentaires!

  7. DavidB dit :

    Moi je dis pauvre elle. Mais j’aime bien quand même sa musique! 😛 Encore hier je crois que l’ambulance est allée la chercher!

  8. Oui, je sais, la dépêche parle de ça, pas de l’ambulance, mais c’est un détail.

  9. Infos dit :

    la lecture de tonb log est toujours aussi agrézble 😉

  10. coucou, article trèsbintéressant 🙂 je me demandais cde que tu voulais indiquer dans cete précision : « histoire de contrastes publie fevrier 1 » …nA+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *