Bonne fête Canada…

Est-ce que c’est irrespectueux de souhaiter bonne fête alors qu’il est clair que ce n’est pas sincère?

Pour vous dire, cette question ne m’émeut pas tellement en ce moment, c’est seulement une manière d’illustrer le malaise historique intrinsèque à cette fête.

Que vous soyez fédéralistes, souverainistes ou je-m’en-cristes, je vous enjoins d’aller lire « 1er juillet: Pourquoi la fête est-elle si triste ? » de Jean-François Lisée. Dans le cas où ça vous était inconnu, si ça ne vous met pas en beaux fusils, au moins ça vous instruira. Et si vous êtes trop paresseux pour cliquer sur un lien et lire un long texte, je peux bien vous condenser le tout en quelques lignes.

Ce beau grand pays que Jean Charest aime tellement s’est constitué sur une fraude cléricale. L’Église, à l’époque, qui était derrière le parti conservateur, a utilisé tous les stratagèmes possibles pour s’assurer de gagner l’élection référendaire qui allait créer la confédération, alors que la majorité des Canayens (les francophones) n’en voulaient pas. Les élections n’étant pas comme aujourd’hui (« les électeurs signaient leur nom dans un grand livre ouvert »), les multiples menaces religieuses du clergé, comme le refus de donner l’absolution à ceux qui allaient voter pour le parti Rouge (un parti libéral, progressiste), ont donné raison aux Anglais (les ancêtres de nos anglophones de souche) qui eux voulaient ce nouveau pays.

Voilà quelques raisons parmi tant d’autres pourquoi je n’aime pas le Canada, ni l’Église d’ailleurs. Et en ce moment, ce pays a à sa tête un monarchiste amoureux de l’Église, ce qui est loin de me représenter. (Et en regard de cet épisode historique, je ne peux pas m’empêcher de penser que les fédéralistes francophones du Québec ont un peu du syndrome de Stockholm en eux…)

Alors, pour aimer le Canada aujourd’hui, il ne reste qu’un amour pour ces gens qui y habitent, et ça, nous nous devons de le respecter. Mais est-ce que l’accession du Québec à la souveraineté empêcherait cet amour? Est-ce que le Canada empêche actuellement d’aimer l’humanité?

Personnellement, j’aimerai le Canada quand je n’y serai plus.

(Photo : mcdemtl)

Ce contenu a été publié dans Canada, politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Bonne fête Canada…

  1. Il en est ainsi. Je crois aussi que pour réellement aimer nos voisins, il faudra d’abord s’aimer nous même et s’accepter distinctement. C’est la même chose que dans un couple : quelqu’un qui s’aime est prêt à donner l’amour à l’autre.

    J’ai des amis et des collègues qui vivent dans le pays voisin, le Canada. Ils sont anglos, ils sont francos. Je les aime et les respecte énormément. Je les aime parce que je m’aime suffisament et je sais ce que je vaut, ce que valons tous en tant que québécois.

    La question que je me pose régulièrement : est-ce qu’il vaut mieux entretenir une relation poison -par attachement et habitude – ou il est préférable de divorcer et rester en bon terme? Évident, j’arrive à chaque fois à la même conclusion.

  2. France dit :

    En accord avec vous Messieurs Renart Léveillé et Michael Deschambault!

  3. Serge dit :

    Encore une promotion du ppe, payé pour écrire, souverainiste bailingue, Jean-François Lisée.

    Coudonc, JFL paie combien pour un truc comme ce billet ?…
    JFL offre combien, pour lire ses billets ?…

    SP

  4. Et vous, Charest vous paye combien pour venir vomir votre logorrhée anti-souverainisme (et surtout anti-péquiste) ici?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *