19 janvier 2012 : début de la première infoguerre mondiale

© A.F.P. / Michael Gottschalk

 

 

À la suite de la fermeture par le gouvernement des États-Unis du site de partage de fichiers Megaupload, le groupe d’activistes pour la liberté sur Internet Anonymous a attaqué divers sites, dont celui de la Maison-Blanche et Universal Music, les rendant inaccessibles ou les ralentissant, pendant un certain temps. Le groupe revendique l’attaque ouvertement.

Mais le plus drôle, c’est que le département de Justice états-unien a lancé trois messages sur Twitter lors de l’attaque. Il n’y est aucunement question d’Anonymous, seulement du fait qu’il y avait un problème dû à des « actes malicieux » et qu’ils travaillaient à le résoudre, mais que la source était inconnue… Au moment où j’écris, ce sont les derniers messages publiés.

 

 

Le groupe a envoyé un message via YouTube qui a été traduit sommairement en français (que je vous livre ici tel quel, fautes incluses) :

Ceci est une alerte d’urgence concernant tous les citoyens des États-Unis. Le jour que nous avons tous attendu est malheureusement arrivé. Les Etats-Unis censure l’Internet. Notre évidente réponse est que nous ne nous assierons pas pendant que nos droits nous sont enlevés par le gouvernement, nous les préserverons. Ce n’est pas un appel aux armes, mais un appel à la reconnaissance et à l’action!

Le gouvernement des Etats-Unis a maîtrisé cette manière corrompue de nous donner un faux sentiment de liberté. Nous pensons que nous sommes libres et pouvons faire ce que nous voulons, mais en réalité nous sommes très restreint et limité quant à ce que nous pouvons faire, comment nous pouvons penser, et même comment notre éducation est obtenu. Nous avons été tellement distrait par ce mirage de liberté, que nous venons de devenir ce à quoi nous essayions d’échapper.

Pendant trop longtemps, nous avons été ralenti comme nos frères et sœurs ont été arrêtés. Pendant ce temps, le gouvernement a été intrigant, préparant les façons d’accroître la censure, avec l’aide des FAI, les blocages DNS, la censure des moteurs de recherche, de la censure de site, et plein d’autres méthodes qui s’oppose directement aux valeurs et idées des Anonymous, ainsi que celles des pères fondateurs de ce pays, qui croyaient en la liberté d’expression et de la presse!

Les Etats-Unis ont souvent été utilisé comme un exemple idéal de pays libre. Lorsque la seule nation qui est connue pour sa liberté et ses droits commencent à abuser de son propre peuple, c’est le moment ou vous devez vous battre, parce que d’autres vont bientôt suivre. Ne pensez simplement que parce que vous n’êtes pas un citoyen des Etats-Unis, cela ne s’applique pas à vous. Vous ne pouvez pas attendre que votre pays décide de faire de même. Vous devez l’arrêter avant qu’il ne se développe, avant qu’il ne soit accepté. Vous devez détruire ses fondations avant qu’il ne devienne trop puissant.

Le gouvernement Américain n’a t-il pas appris du passé? N’at-il pas vu les révolutions de 2011? N’a t-il pas vu que nous nous opposons où qu’il se trouve et que nous allons continuer à nous y opposer? Évidemment, le gouvernement des Etats-Unis pense qu’il est exempt. Ce n’est pas seulement un appel des Anonymous à l’action collective. Quel sera l’attaque DDOS à faire? Quels sites à défacer contre les puissances corrompues du gouvernement? AUCUN, c’est un appel pour un Internet mondial et une protestation physique contre les pouvoirs en place. Diffuser ce message partout. Nous n’en resterons pas la! Dites à vos parents, vos voisins, vos collègues, vos enseignants, et toute autre personne avec qui vous entrer en contact. Cela affecte toute personne qui désire la liberté de surfer anonymement, parler librement sans crainte de représailles, ou de protestation, sans crainte d’arrestation.

Aller à chaque réseau IRC, chaque réseau social, toute communauté en ligne, et leur dire l’atrocité qui est sur le point d’être commise. Si contestation il ne suffit pas, le gouvernement des Etats-Unis doit voir que nous sommes vraiment légion et quenous viendrons ensemble comme une seule force s’opposer à cette tentative de censure de l’Internet une fois de plus, et par la même de décourager tout autre gouvernement de continuer ou d’essayer.

Nous sommes Anonymous.
Nous sommes Légion.
Nous ne pardonnons pas la censure.
Nous n’oublions pas le déni de nos droits en tant qu’êtres humains libres.
Pour le gouvernement des Etats-Unis, vous devriez nous attendre

 

Il n’y aucun doute pour moi que nous assistons au début de la première infoguerre mondiale, et je la catégorise ainsi parce que les enjeux sont mondiaux et que les répercussions risquent de toucher toute la planète, tout comme la possible adoption de la SOPA d’ailleurs.

Dans mes réseaux, la réaction est grandement favorable à cette action d’Anonymous, mais j’ai eu un avis divergent que je me dois de décortiquer. Le propos consiste à dire que l’attaque du groupe Anonymous donne des munitions à ceux qui voudraient justifier un « plus grand contrôle d’Internet. »

Je crois que cette vision des choses a ses limites. Vous me reprendrez si je divague. Mais je crois qu’Internet est un univers fini (toujours sujet à évolution) alors que les gens derrière Anonymous ont des possibilités infinies d’actions. Il serait alors fautif de penser que les autorités pourraient justifier un plus grand contrôle du web parce que des individus peuvent s’y mouvoir et causer des problèmes comme ceux décrits plus haut, à moins de gager sur une méconnaissance générale des enjeux de ce qui a causé cette guerre. Anonymous n’est pas Internet.

Dans une optique de « hacking », Internet n’est qu’un terrain de jeu pour ceux qui sont capables de s’y mouvoir anonymement et sans laisser de traces alors que ce contrôle toucherait les autres, nous, les utilisateurs lambda du réseau. Et puis, il faut regarder aussi les répercussions possibles entre l’inaction et cette action pour arriver à comprendre où se trouve la meilleure option selon son opinion. Si l’action contre Megaupload nous semble justifiable et souhaitable, cette attaque des Anonymous n’est que de la délinquance et nous souhaiterons que les autorités sourcillent à peine. Si cette action nous semble le symbole du début de ce contrôle tant détesté, il est tout à fait légitime de souhaiter que cette riposte et ses appuis freinent les ardeurs du gouvernement états-unien.

Mais ce qui est assez déstabilisant dans toute cette histoire, c’est que tous comprennent l’urgence d’agir contre les violations des droits d’auteur (à moins d’être profondément anarchiste, et avec une forte tendance collectiviste). Par contre, si comme moi on ne met pas la protection des droits d’auteur dans la première case de ce qui doit absolument être protégé dans cet univers informatique, le mouvement Anonymous devient alors très sympathique.

Qu’est-ce qu’il devrait y avoir dans la première case? C’est tellement évident que je n’ai même pas besoin de l’écrire.

Mise a jour :

Voici la vidéo de anonymous concernant Megauploads

http://youtu.be/gnOcVvLJZOU

 

Ce contenu a été publié dans société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à 19 janvier 2012 : début de la première infoguerre mondiale

  1. Louis Sirois dit :

    On parle souvent des Médias comme étant « Le 4ème pouvoir » http://fr.wikipedia.org/wiki/Quatrième_pouvoir

    Donc, celui qui contrôle « le média » contrôle, du moins en partie, le pourvoir de l’État. Quand on sait que 95% de tout les médias américains sont possédés entre 4 ou 5 groupes, ça laisse froid dans le dos.

    Or, avec la venue de l’Internet, le Mainstram Média est en train de perdre son titre. Voilà que de simples citoyens peuvent bloguer et s’exprimer à contre courant, sans censure, ni restriction.

    Il est évident que cette nouvelle dynamique vient ébranler les colonnes du Temple, et que les 3 autres pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire), associés au Mainstream, vont livrer une lutte sans merci à la montée de ce 5ème pouvoir, soit l’opinion publique du peuple.

    La démarche d’Anonymous est l’exemple vivant de ce conflit. Les uns tentent désespérément de faire taire le 5ème.

    Or, celui-ci décide de se battre, en prenant « les armes » à sa porté, soit la diffusion du message, le concertation, la mobilisation, l’action sociétaire et la riposte du hacking.

    Bref, on assiste à la Révolution Française, version 2:0

  2. « Le propos consiste à dire que l’attaque du groupe Anonymous donne des munitions à ceux qui voudraient justifier un « plus grand contrôle d’Internet. »  »

    Et je maintiens.

    « Il serait alors fautif de penser que les autorités pourraient justifier un plus grand contrôle du web parce que des individus peuvent s’y mouvoir et causer des problèmes comme ceux décrits plus haut »

    C’est la seule justification que les autorités pourraient donner. Les « hackers », aussi fantômatiques soient-ils vont être dépeints comme une menace à la sécurité des dirigeants (site gouvernements taux)… »regardez ce qui va arriver de plus en plus souvent si nous n’agissons pas… »

    Peut-être suis-je dans la paranoïa la plus totale, mais il est pour moi clair que le « 5e pouvoir » est un dérangement potentiel et je pense qu’ils ont commencé à en prendre conscience. SOPA et PIPA sont justifiés avec les droits d’auteur et le piratage. Mais dans le détail, je crains fort que ça aille bien plus loin que ça.

    Tout ce qu’ils veulent, ce qu’ils ont besoin, c’est une excuse.

  3. Louis Sirois,

    voilà un beau portrait de la problématique actuelle. Et voyant le gouvernement US reculer pour ce qui est des SOPA et PIPA, j’ai tendance à croire que toute cette concertation citoyenne fonctionne. Mais en même temps il y a les gros joueurs de l’économie techno comme Google qui doivent avoir un poids beaucoup plus important…

    JF,

    j’ai bien peur, tu dois avoir raison, finalement, même si je crois profondément que cette excuse, cette justification, ne tient pas la route…

    Par contre, ça serait plutôt drôle qu’Anonymous ne fasse rien, ça irait contre leurs convictions puisqu’ils croient que leurs actions aident la cause.

    À moins qu’Anonymous soit monté de toutes pièces par le gouvernement pour qu’il s’offre ainsi sur un plateau d’argent cette excuse… 0_o

  4. Eux peuvent censurer, mais pas nous!

  5. Altarus dit :

    Je tient à préciser que la « traduction » est tirée d’un vidéo parut en novembre 2011 en prévision de l’Operation Blackout du 18 janvier 2012…
    Ce n’est donc aucunement en rapport avec l’affaire Megaupload…
    Merci de vérifier vos sources !
    (http://youtu.be/czY-dZQsd-k regardez la date de mise en ligne…)

    Voici une des vidéo sur #OpMegaupload : http://youtu.be/gnOcVvLJZOU

    Expect Us.

  6. Nicolas F ( rédaction ) dit :

    il nous fallait une vidéo traduite … mais nous allons mettre en annexe le line que tu nous as donné 😉
    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *