Points d’ancrage

 

Si j’écris que ma vie me glisse entre les doigts, à la fin de ma phrase, le point la fait se raccrocher. Et à force de points, il y a un rythme, autant de points d’ancrage qu’il en faut pour escalader et revenir à la surface.

Quand l’écriture est thérapeutique pour soi, c’est comme ça que ça se passe. Si ce n’est pas celle-là qui vous sied le mieux, trouvez la vôtre. Mais attention, ça peut être la quête d’une vie.

Ce contenu a été publié dans art, poésie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.