La ventouse Marois, statu quo, dissension au PLQ, etc.

 

Avant même de savoir que « Legault mène, le PQ saigne », j’avais composé un statut relevant la détermination incroyable de Pauline Marois à vouloir demeurer chef du PQ malgré toutes les briques qui lui tombent dessus :

Marois, elle est vraiment pire qu’une croûte noire calcinée dans un four

L’image est voulue trop forte, mais elle illustre parfaitement mon opinion. Mais ce n’est vraiment pas le point central du propos que je veux bâtir ici.

C’est juste que le hasard a fait en sorte que quelqu’un est venu commenter à sa suite, sur Google+ :

Le problème c’est pas la Pauline, c’est l’option dont la vaste majorité ne veut pas. Après 4 décennies, on passe-TI à autre chose? ;-)

Ce à quoi j’ai répondu :

Coudonc, le pourcentage de souverainistes québécois aurait-il fondu comme neige sans que je m’en rende compte?

Y’a-t’il eu un autre sondage significatif à ce sujet depuis celui-là?

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/323376/sondage-leger-marketing-le-devoir-l-appui-a-la-souverainete-ne-flechit-pas

Avec une réponse négative à ces questions, il apparaitrait sans doute que l’expression « vaste majorité » est du domaine de l’exagération…

Et non, on ne passe pas à autre chose! Même un fédéraliste, ancien président de l’association libérale dans la circonscription de Jonquière, est d’accord que la question constitutionnelle est importante et doit être réglée…

http://detentiondevote.wordpress.com/2011/08/15/un-temps-nouveau-2/

Alors, si elle doit être réglée, pourquoi la solution de la souveraineté du Québec devrait-elle être mise de côté?

;-)

Réponse :

Cause perdue. Passons à autre chose de + important…

La discussion s’est terminée après que j’ai ajouté qu’il devrait laisser tomber la généralisation et qu’un autre, un souverainiste, ait annoncé qu’il bloquait cette personne…

Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu ce genre de discours d’un statuquoïste (la version molle du fédéraliste). C’est tout simplement de la bouillie de cerveau. Le degré zéro de l’analyse et de l’opinion politique. Tout le contraire de ce que nous donne Alexis St-Gelais, l’ancien président du PLQ dans Jonquière, que je lui pointais (il faut vraiment lire son billet où il explique pourquoi il est parti).

Ce dernier n’est pas dans mon camp, mais je respecte tout à fait sa démarche (en plus d’être très content de relire ce blogueur qui était très actif avant son implication au PLQ, à l’ère pré-Twitter). J’irais même jusqu’à écrire qu’il a abandonné son parti beaucoup par dégoût de la culture du statu quo qui s’y est enracinée. Par contre, je ne crois pas que beaucoup de libéraux vont jusqu’à nier la réalité du mouvement souverainiste, comme le fait ledit statuquoïste. Est-ce qu’il pense qu’un mensonge maintes fois répété finit par devenir réalité?

Ça me dégoûte ce non-respect. Fallait que je le dise. C’est fait.

Mais la goutte qui fait déborder le vase, c’est le dernier billet de Nathalie Elgrably-Lévy. Se servir de l’exemple des 38 pays africains qui ont accédé à l’indépendance pour faire peur au monde, même si elle enrobe surtout sa logomachie de questions, c’est dans le très bas de gamme. Un Québec souverain ne deviendra pas automatiquement un régime communiste ou, pour son plus grand plaisir, la première contrée libertarienne, et elle le sait très bien.

Fin de l’épisode.

 

(Photo : mag3737)

Ce contenu a été publié dans Actualités, opinions, politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à La ventouse Marois, statu quo, dissension au PLQ, etc.

  1. J’avoue candidement m’être déjà rangé sous ce genre d’avis statuquoïste, devant la résistance de mes copartisans à aborder la question constitutionnelle. Mais ces histoires de fruits qui ne mûrissent jamais n’ont pas de sens, parce que le débat n’est pas clos.

    C’est vrai que tout ceci aurait été plus simple si 90% des gens avaient été d’un avis, peu importe lequel. La conclusion aurait eu le mérite d’être clair. Puisque nous ne sommes pas parvenus à une conclusion satisfaisante, on n’a pas le choix de continuer. Même si c’est un débat qui dérange et qui, lui aussi, donne l’impression de faire une bonne croûte dans le four. ;)

  2. « La conclusion aurait eu le mérite d’être clairE », désolé de cette erreur.

  3. Sébastien dit :

    Je suis ni séparatiste, ni fédéraliste. Admettant un possible référendum, je pèserait le pour et le contre surement pendant plusieurs semaines pour finalement fixer mon vote à la dernière minute. Certains dirait que je suis mou, moi je me considère ouvert et rationnel. Je n’élimine aucune option du revers de la main.

    Si un sondeur appellerait chez moi ce matin, je répondrait surement favorablement à la question de la souveraineté seulement pour donner une impulsion permettant de peut-être mener à l’évaluation (une fois de plus) de cette option par le peuple et engager le choc des idées et des arguments.

    Par contre, advenant une faible perte (disons par 49 %), nous retomberions encore au même point. Advenant une faible victoire, la légitimité du référendum pourrait facilement être contestée et remise en cause par le fédéral (qui ne l’accepterait pas) et la communauté internationale. La victoire doit être écrasante. L’élection fédérale passée nous a montré que le peuple Québécois pouvait voter à la manière d’un tsunami, cette option peut donc être envisagée.

    C’est mon humble avis, je ne demande qu’à être convaincu. J’imagine que je ne suis pas le seul à penser comme ça au Québec …

  4. gillac dit :

    L’accession à la souveraineté demeure un changement radical et non une réformette. Deux facteurs selon moi peuvent inciter une majorité de citoyens à passer à l’action: la confiance en soi ou la frustration. Globalement nous n’avons ni l’un ni l’autre à un niveau suffisant.

  5. David Gendron dit :

    Comme le disait un de mes comparses séparatistes cette semaine, le mort de Jack Layton, dernier porte-parole crédible (mouain, pas tant que ça, mais c’était le moins pire!) de l’ouverture canadienne envers le Québec, confirme officiellement ce qu’on savait déjà depuis fort longtemps: le fédéralisme renouvelé est mort.

  6. David Gendron dit :

    Sébastien, pouvez-vous expliciter ce que vous n’aimez pas chez le PCul, svp?

    Car à mon avis, ça explique en majeure partie votre position hésitante.

  7. David Gendron dit :

    Nathalie Elgrably confond le très mauvais « pitch » de vente électoraliste du PCul avec la réalité qui prévaut ici.

    Un Québec séparé n’aura pas le choix de réduire la taille de son État, car sinon il se retrouvera dans une situation analogue à celle de la Grèce. À nous de faire en sorte que, contrairement à la Grèce, cette réduction de la taille de l’État ne s’oriente pas vers les intérêts corporatistes et répressifs.

  8. Sébastien dit :

    @David:

    vous lisez mes pensées …

    je déteste le PQ pour sa propension à « coucher » avec les grandes centrales syndicales. Si je voterais pour le PQ, j’aurais l’impression de voter pour la FTQ ou la CSN et cela me dégoûte au plus haut point. (je communique ici une impression qui peut être biaisée naturellement …)

    Je tiens à préciser que je n’ai rien contre la syndicalisation, seulement les principales centrales syndicales. Ces entités ont beaucoup plus de points en commun avec les corporations de qui elles doivent « protéger » les travailleurs qu’avec ces dernier.

  9. Jonathan dit :

    Les souverainistes, PQ en tête, sont d’abord porteurs d’un idéal. Pour entraîner les gens vers cet idéal, ça prend un leader qui fait rêver. Le dernier qui peut réclamer ce titre fut Lucien Bouchard (et encore…). Une proportion non négligeable de gens veulent la souveraineté, mais ils ne voient personne, actuellement, capable de porter ce rêve.

    Et lorsqu’on enlève la souveraineté au PQ, il reste quoi? C’est plutôt bonnet blanc – blanc bonnet avec le PLQ, et encore! Parce qu’il est centré sur la souveraineté, on sait, maintenant depuis le passage de Bouchard, que le parti, même s’i est traditionnellement de gauche, peut facilement passer à droite. Pas tellement fiable pour un électeur, de gauche ou de droite.

    Donc, en excluant la souveraineté comme argument à cause de l’absence d’un leader crédible, le PQ perd beaucoup d’attrait; les gens cherchent un alternative (et le PLQ n’en n’est pas vraiment une). D’où la vague orange au fédéral et l’engouement pour Legault au provincial.

    Marois est une victime collatérale dans tout ça; à peu près n’importe quel autre chef (dans la liste potentielle actuellement) subirait le même sort dans le circonstances.

  10. Alexis St-Gelais,

    « on n’a pas le choix de continuer »

    c’est de la paresse que de dire le contraire!

    Sébastien,

    cool! un indécis! Ce qui est plutôt rare par ici… ;-)

    Gillac,

    « Deux facteurs selon moi peuvent inciter une majorité de citoyens à passer à l’action: la confiance en soi ou la frustration. Globalement nous n’avons ni l’un ni l’autre à un niveau suffisant. »

    bon point!

    David,

    « Un Québec séparé n’aura pas le choix de réduire la taille de son État, car sinon il se retrouvera dans une situation analogue à celle de la Grèce. À nous de faire en sorte que, contrairement à la Grèce, cette réduction de la taille de l’État ne s’oriente pas vers les intérêts corporatistes et répressifs. »

    j’ai le même souhait.

    Jonathan,

    pour ce qui est de Pauline Marois, je ne suis pas d’accord. C’est évident depuis le début qu’elle ne passe pas dans la population. Et le gros des problèmes du PQ vient du fait que c’est elle la chef…

  11. David Gendron dit :

    « je déteste le PQ pour sa propension à « coucher » avec les grandes centrales syndicales. Si je voterais pour le PQ, j’aurais l’impression de voter pour la FTQ ou la CSN et cela me dégoûte au plus haut point. (je communique ici une impression qui peut être biaisée naturellement …) »

    Encore une fois, ça fait partie du très mauvais « pitch » de vente électoral du PCul. Dans les faits, c’est fort différent pourtant:

    1) Dans les faits, depuis 1980, le PCul est moins pro-syndical que le PLCul. Aussi, le PCul a adopté des plans d’austérité des finances publiques plus rigoureux que le PLCul, ce qui déplaît encore plus aux syndicats. De plus, le PLCul étant plus acoquiné que le PCul avec les mafieux du cartel de la corruption….euh s’cusez, construction, le lien PLCul-FTCul est très fort dans cette arnaque.

    2) Actuellement, c’est Culbec Suicidaire (QS) qui est le plus près des centrales syndicaleuses, et les rares éléments restants du SPCul Libre sont en train de quitter le navire. Rappelons aussi que, lors de la dernière élection fédérale, même si les élites syndicaleuses recommandaient officiellement le Bloc, les dirigeants syndicaleux locaux ont demandé à leurs membres de voter pour le NPD (les boss fédéraux de QS).

  12. Jonathan dit :

    Gilles Duceppe était relativement populaire, non? Pourtant…

    Je suis d’accord avec toi que Pauline Marois ne jouissait pas dès le départ d’une grande popularité. Je persiste tout de même à croire que nous avons atteint le point où le chef n’importe plus; c’est le mouvement souverainiste lui-même qui n’a plus de crédibilité. Et ce n’est pas en multipliant les options souverainistes (genre un/des nouveau-x parti-s en plus du PQ et de QS) qu’on va aider le mouvement.

  13. David Gendron dit :

    Le mouvement séparatiste n’a soi-disant plus de crédibilité parce que le PCul ne peut plus être crédible en raison de ses agissements et de son discours stupides.

  14. gillac dit :

    Curzi vient de dévoiler son jeu: il est le calife qui veut prendre la place du calife. Pas très élégant tout ça. Ça ressemble de plus en plus à la période de l’histoire de la Russie où les Bolcheviks, un groupe minoritaire au sein du parti communiste, ont manoeuvré pour prendre le contrôle du parti.

  15. François Legault est à prendre au sérieux, mais Amir Khadir pourrait, aussi, jouer les troubles-fêtes, aux prochaines élections québécoises!!! Une blogueuse de droite, Julie St-Hilaire, a annoncé, hier, qu’elle va voter pour QS!!! Depuis la vague orange du 2 mai dernier, plus rien ne me surprend!!! Legault et QS vont frapper fort, je le sens!!! On ne s’ennuiera pas, pendant la soirée électorale, contrairement à celle de 2008 qui était plus efficace que n’importe quel autre somnifère!!!

    http://juliesthilaire.wordpress.com/2011/08/25/le-grand-fossoyeur/

    Si ça continue comme ça, le PQ sera, complètement, rayé de la carte, comme l’Union nationale, en 1973!!! Quant au PLQ, je ne serais même pas surpris de le voir à moins de 12 députés!!! Le PQ ne prendra jamais les comtés du West Island qui appartiennent, sans conteste, au PLQ, mais QS le peut, lui, comme on l’a vu, au fédéral, avec le NPD!!! QS est un parti de gauche, bien avant d’être un parti souverainiste, il ne faut pas l’oublier!!!

    Le 2 mai dernier, le régime de Gilles Duceppe est tombé et le PLC a mangé la raclée de sa vie!!!

    Next: John-James Charogne!!!

    Re-next: Pauline Marois!!!

    Re-re-next (dans mon cas): Régis Labeaume!!!

    Re-re-re-next (un souhait): Paul Desmarais!!!

  16. rainette dit :

    Nettoyeur Michel Forget pour remplacer Pauline.

  17. Ping : La souveraineté: Est-ce vraiment utile en 2011? | Un Internaute dans la Blogosphère

  18. gillac dit :

    Personnellement je suis convaincu que; 1- nous sommes un peuple par notre langue, notre culture et nos valeurs 2- la souveraineté serait la meilleure chose si …une majorité importante de mes concitoyens y adhéraient. Or ce n’est pas le cas chez mes 2 enfants et mes 23 neveux et nièces.(mais mon échantillon n’est pas complet). Quant à moi, même encore moins que Parizeau et cie, mon avenir est surtout derrière moi.

  19. Ping : Démission de Normandeau : même pas une tempête dans un verre d’eau… | Renart Léveillé

  20. Ping : Démission de Normandeau : même pas une tempête dans un verre d’eau… | Les 7 du Québec

  21. Ping : Démission de Normandeau : même pas une tempête dans un verre d’eau… | CentPapiers

  22. Ping : Être ou ne pas être dans la grande famille fédéraliste? | Renart Léveillé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>