La laïcité, ou nettoyer l’ardoise

Dans mon billet de la semaine dernière, concernant la lubie catholique du maire Jean Tremblay, par boutade, je soumettais un anti-souhait :

(Et je ne veux lire personne déclamer que la laïcité est un complot de la religion athée…)

Mon collègue des 7 du Québec, Yan Barcelo, l’a en quelque sorte brisé, en titrant un billet récent : « Le laïcisme, nouvelle religion ». Malheureusement, il ne creuse pas tellement dans cette direction dans son texte, mais promet de le faire en conclusion dans un futur billet.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas bien difficile d’imaginer ce qu’aura l’air ce prochain billet quand pour lui le laïcisme est « un nouveau terrorisme intellectuel ». Pour arriver à une formule aussi chargée que celle-là, il faut visiblement être du côté, ou des croyants, ou du conservatisme moral, ou des deux.

En laissant quand même de côté les suppositions, j’en viens à me dire que les croyants (enfin certains) sont tellement pris dans leur monde qu’ils ne peuvent comprendre que les manifestations de leur foi peuvent être agressant pour d’autres, non-croyants et croyants d’autres confessions. À partir du moment où il est possible pour un croyant de prier en silence (même en étant en public), et que ce serait bien l’accommodement le plus raisonnable pour tous, crier haut et fort son supposé droit de prier à haute voix est le comble de la mauvaise foi…

Je vais prendre un exemple simple : le métal (dans le sens du style de musique). Si un maire décidait de faire jouer en début de réunion une pièce musicale de ce style, tout le monde serait d’accord pour dire que cela n’a pas sa place (même si personnellement le métal m’agresse vraiment moins qu’une prière, même pas du tout, d’ailleurs). Les amateurs de métal ont des occasions de se réunir pour en écouter ou ils le font en solitaire. La plupart sont des gens civilisés qui comprennent que leurs goûts musicaux ne doivent pas être imposés aux autres. Pourquoi certains croyants ne comprennent-ils pas cette évidence?

Je les entends déjà rétorquer que la prière est un héritage de notre passé, mais pas le métal, ce qui justifierait là toute cette croisade du maire (ainsi que ses forts appuis). Globalement, je ne nie aucunement cet héritage en pensant que la prière n’a pas sa place, puisque je vis sur cette planète : je sais que nous sommes en civilisation judéo-chrétienne, avec ses valeurs intrinsèques; valeurs que je ne peux nier en bloc, même si, séparément, elles me semblent avoir besoin d’un examen… Mais accepter le fait que c’est un héritage important veut-il dire pour autant qu’il faille cautionner ces manifestations de piété d’un autre temps, cette religiosité qui n’a plus sa place dans un monde (occidental) où adhérer à la religion n’est plus, heureusement! un préalable à l’acceptation d’un individu à la société?

Et encore, la tentative de lier par la force la laïcité (et même l’athéisme) à la religion dans son sens dogmatique est menée par la peur. C’est essayer de tout mettre sur un pied d’égalité pour espérer gagner des points. C’est chercher à imposer dans le débat un handicap à l’autre partie : c’est le réflexe de ceux qui se sont peinturés dans un coin, de ceux qui sont acculés au mur. La laïcité, c’est tout simplement nettoyer l’ardoise, repartir sur des bases plus propres, plus respectueuses de chacun, puisque chacun se « garde une petite gêne » en public quant à ses croyances, d’autant plus les personnes en situation de pouvoir, hein? Monsieur Tremblay!

Et puis, est-ce que le laïcisme a ses prières, son iconographie comme la religion? Idem pour l’athéisme? Oh! que non! Et ce n’est pas parce que le terme « doctrine » peut être utilisé pour nommer une religion ou un système de pensée qu’ils sont pour autant synonymes. Démagogie, quand tu nous tiens…

Dans le fond, qu’est-ce qu’on perd à réserver les affaires publiques aux affaires publiques? Absolument rien, les gens religieux sont bien libres de se pavaner avec leur foi avant et après les réunions. Si ça peut leur faire plaisir, je ne m’empêcherai pas en retour de ressentir à leur endroit un parfait mépris.

(Photo : analogian)

Ce contenu a été publié dans musique, opinions, religion, société, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

32 réponses à La laïcité, ou nettoyer l’ardoise

  1. maudit_francais dit :

    ////////////

  2. Eric Bondo dit :

    Une chose, je te recommande la revue Nexus de novembre-décembre 2010, que je te prêterai si tu veux, mais la Laïcité signifie simplement qu’une personne n’adhère pas à une religion. Pas l’absence d’une vie spirituelle. Il existe une spiritualité Laïque pour laquelle les adeptes (dont moi) sont légion, et pour lesquels, contrairement aux Athées, qui ne forment qu’une infîme partie de l’humanité, il peut exister une force supérieure, une divinité (Dieu ou Déesse) et des rituels qui ne sont pas encarcannés dans une religion, dont la prière.

    D’autre part, seulement 16% des Canadiens se décrivaient comme athées en 2008, 0,4% chez les Américains. On est diablement loin d’une masse critique. Dans ce cas, pourquoi les marginaux décideraient que l’on doive se plier à leur dégoût du sacré? Politiquement, ce sont les mouvements révolutionnaires qui ont voulu enlever du pouvoir aux religions pour remplacer le système de valeur dominant par le leur. Ici, ce sont les technocrates qui ont démonisé (souvent avec raison mais tout de même…) la religion pour la remplacer par leurs propres valeurs, pas plus humanistes tant qu’à moi. En chaque époque, le groupe dominant dicte les valeurs, et nulle part dans le monde, elles ne sont réellement humanistes…

  3. Eric Bondo dit :

    J’oubliais, là où tu frappes dans le mille, c’est que la spiritualité, qu’elle soit religieuse ou non, est quelque chose d’intime et de personnel. Elle n’a pas à être étalée sur la place publique, à moins que tous les participants soient d’accord à ce que ça se fasse. Mais dans le cas du maire, si 99% des gens étaient d’accord à faire la prière avant le conseil, on est dans un cas de conscience : démocratie, ou respect des minorités?

  4. Eric Bondo,

    dans un contexte politique, la laïcité me semble plus un désir de séparation de la religion et de l’État.

    Si ça t’intéresse, je viens de répondre à une réplique de mon collègue Yan Barcelo sur Cent Papiers. Je le recopie ici :

    Yan Barcelo,

    « Puisque vous ouvrez un débat à l’endroit de ma chronique, je vais y aller d’une réplique. »

    n’est-ce pas là la beauté de la liberté d’expression et médiatique? 😉

    « Tout d’abord, que le maire Tremblay fasse une prière ou non en début de séance, qu’elle soit de vive voix ou non, me laisse totalement indifférent. »

    Pas moi, en regard du droit de quiconque de ne pas vouloir se le faire imposer au nom de la tradition et autres balivernes.

    « Cependant, j’en ai contre le fait qu’on lui intente une poursuite au nom des droits et libertés en lui collant une amende de 30 000$ pour lui interdire cette démonstration de foi religieuse. Que quelqu’un s’objecte, qu’on en débatte publiquement et qu’on demande au maire de garder ses prières pour lui, parfait. Mais que cette objection passe par un tribunal des « libertés », avec 30 000$ à la clé, voilà qui relève, à mon sens, d’un système d’inquisition oeuvrant au nom de la religion de la laïcité. »

    J’admets que le montant est assez exorbitant, voire exagéré. Mais trop porter notre attention sur cette partie du problème me semble un beau moyen de passer à côté dudit problème. S’il faut qu’une amende soit salée pour être exemplaire, eh! bien là c’est gagné…

    « Au cours des derniers siècles, le débat de fond a porté sur la séparation des pouvoirs de l’État et de l’Église. On ne voulait plus qu’un pouvoir religieux se mêle de gestion des affaires d’État. Il fallait le faire, et c’est chose faite. Mais il y a depuis un glissement de plus en plus rapide vers un nouveau terrain: celui opposant « foi » et « laïcité ». Les « laïcs » veulent interdire toute manifestation religieuse, disant que celles-ci les « offensent ». Bien sûr, comme vous le faites, ils disent que cela offense aussi des gens d’autres confessions. Mais c’est faux. Je ne me souviens pas d’une quelconque autre confession qui se soit objectée à la manifestation publique des signes de foi chrétienne, même dans les espaces politiques. Évidemment, c’est l’argument bien-pensant du multiculturalisme, mais c’est toujours du côté de la faction laïque qu’il est formulé. Comme c’est drôle… »

    Que cela soit vrai ou faux ne me semble pas bien important. Ça me semble même vain que d’essayer de le prouver, puisqu’aucun citoyen n’aurait les moyens par lui-même d’arriver à une conclusion claire là-dessus, à moins qu’un chercheur s’y mette. Mais pour l’instant, il reste quand même qu’hypothétiquement les démonstrations de foi peuvent offenser certaines personnes. Ça devient alors bien pratique de fabriquer une guerre entre laïques et croyants (pour ne pas dire : entre athées et croyants)…

    « Je suppose que vous n’utilisez pas le mot « offenser » à la légère quand vous dites votre réaction aux manifestations religieuses. Mais l’offense que vous ressentez n’est pas moins grande chez les gens religieux quand ils confrontent l’offensive laïque de vouloir totalement aseptiser la sphère publique de tout signe religieux. »

    Donc, si je comprends bien, les manifestations religieuses dans la sphère publique sont un droit inaliénable basé sur l’immuabilité de la tradition? Il faut se comprendre, retirer les manifestations religieuses de la sphère publique n’enlève pas le droit personnel à la foi. Pourtant, c’est bien l’impression que donne la réaction de certains croyants face à la laïcité.

    « C’est aux croyants de toutes dénominations, et en premier lieu aux chrétiens, qu’on veut interdire toute manifestation publique de leur allégeance. »

    Est-ce que c’est une obligation de vie ou de mort que de démontrer sa foi (ou une foi commune — avec des symboles comme le crucifix) en public? Absolument pas. Est-ce que l’athée a besoin de démontrer sa non-croyance par la parole ou autres signes? Non. Est-ce que le fait de ne rien démontrer est une démonstration d’athéisme? Non, mais j’ai l’impression que c’est ce qu’on essaye de faire ressortir du côté des opposants à la laïcité…

    « Il s’agit de savoir si les décisions politiques du maire seront inspirées par des valeurs foi chrétienne ou par des valeurs de non-foi athée. »

    Je ne vois pas où quelqu’un a déjà soulevé ça. Ça me semble creuser trop profond. Restons sur la question de la prière et du crucifix. Si le maire Tremblay a été élu parce qu’il est bien connu qu’il est un homme de foi, avec « les valeurs à la bonne place », etc., c’est très bien pour lui et sa communauté. Mais, malgré tout, c’est un politicien que les gens ont élu, pas un prédicateur! Et, pour revenir à ce que disait plus haut Lartiste, ce n’était pas une élection pour décider de la place de la religion catholique à l’Hôtel de ville de Saguenay!

    « Justement, vous faites un rapprochement entre « heavy metal » et prière. Je crois qu’une très forte majorité d’électeurs trouverait extrêmement contrariant que le maire « blaste » ses conseillers en début de session. Il y a bien sûr une première question: s’agit-il de musique? »

    Connaissant votre goût mon cher pour la musique classique, je trouve un peu démagogique de sous-entendre que le métal ne serait pas de la musique… Pour dire vrai, pour ma part, et je dois bien être un extra-terrestre, je préfère nettement le métal au classique. Même qu’il y a seulement une infime partie de ce que j’ai entendu de musique classique qui ne m’agresse pas. La musique pompeuse m’énerve. La musique agressive me stimule. Chacun ses goûts.

    http://www.centpapiers.com/la-laicite-ou-nettoyer-l%E2%80%99ardoise/62171/comment-page-1#comment-21213

  5. Eric Bondo dit :

    Je comprends ton point. Mais j’en reviens à ma question : dans une société démocratique, si la majorité des personnes présentes à un conseil veulent que la prière continue, ou écouter une toune de heavy metal, ou tout autre caprice de cette majorité, on fait quoi? Parce que dans ce cas-ci, celui du maire, les opposants semblent être en minorité, et donc, une simple prière ne mêle en rien politique et religion, sauf dans la tête de ceux qui haïssent la religion.

    Je crois que tu seras d’accord à dire qu’une minorité n’a jamais d’affaire à s’imposer à la majorité, en démocratie, surtout pour un truc de 30 secondes, qui, même si je ne porte pas l’Église Catholique dans mon coeur, ne me ferait pas un pli sur la poche. Et, je te le répète, nous sommes en démocratie, et 85% de la population n’est PAS laïque, mais bien croyante. On est très loin du 50% plus un, là. C’est plate, mais les partisans purs et durs de la laïcité doivent prendre leur trou. Parce que si ça en venait à un référendum, ils se feraient démolir gravement. Là où je m’inquiéterais, c’est au Fédéral, ou des organisations religieuses font contribuer leurs fidèles en masse à la caisse du Parti Conservateur. Pas dans une petite ville ou un maire veut simplement prier avec une majorité de gens qui l’appuient.

  6. Darwin dit :

    Si le « mouvement laïc » est une religion, ne pas jouer au hockey est-il un sport d’hiver ?

    Tiens, du métal pas trop heavy… Scusez pour la pub avant, c’est Youtube…

  7. Feel O'Zof dit :

    @Eric Bondo

    Je ne partage pas votre vision de la démocratie. Je ne pense pas que la majorité ait le droit d’imposer ses croyances à la minorité sous le seul prétexte qu’elle soit majoritaire. Parfois les droits individuels doivent primer sur la volonté populaire. Par exemple, lorsque l’on a légalisé le mariage homosexuel, il aurait été inapproprié d’organiser un référendum pour ça. La liberté de culte (ou de non-culte) est un droit de l’individu qui n’a pas à être remis en cause par la volonté tyrannique d’un groupe majoritaire.

    Si l’on organisait un référendum dont la question serait: «Acceptez-vous que l’on saisisse tout l’argent et tous les biens de tel groupe minoritaire pour les redistribuer au reste la population?» et que le OUI l’emportait (ce qui serait facile vu que les victimes seraient minoritaires et les bénéficiaires majoritaires), je ne considérerais pas que la voix de la majorité serait celle que l’on devrait écouter. Il y a certaines questions pour lesquelles la démocratie est moins légitime que pour d’autres.

    Je ne suis pas non plus d’accord lorsque vous dites que 85% de la population n’est pas laïque. Je pense que, au Québec, la majorité des gens sont pour la laïcité des institutions publiques; qu’ils soient croyants ou non. D’ailleurs, même ceux qui se disent catholiques ne le sont généralement plus que de nom. Ils seront en désaccord avec à peu prêt toutes les déclarations du Pape ou des archevêques.

  8. Stephane.G dit :

    Perso je suis rendu au point de trouver les croyants religieux a des attardés mentaux…si a 42 ans je te disais que je crois au Père Noel…tu dirais quoi?

  9. Maître Renart,

    Un bail ça fait, long time no see, tu me manquais, je passe ici…

    Je suis athée, comme tu le sais. C’est bien connu, c’est avéré, ce qui m’épargne d’avoir à le prouver.

    Cela étant, je ne saurais approuver ta position. Crois-bien que je le regrette, moi qui tends à t’applaudir en toutes matières depuis longtemps.

    C’est une évidence, à mes yeux, qu’un nouveau clergé laïc a supplanté l’ancien, religieux. Aussi pernicieux, peccable et jaloux de ses prérogatives que l’autre. Aussi puant et méritant qu’on s’y oppose, comme à tout ordre de choses.

    Laissons-donc le maire Tremblay prier vingt secondes en début de séance, tant que ses commettants s’en accomodent majoritairement: le jour où ça ne leur plaira plus, ils voteront pour autrui, mais d’ici là, ce n’est certes pas à nous, baveux de grande ville, cliqueux de Plateau, Montréalais sophistiqués, à leur dicter ce qu’est l’orthodoxie républicaine. C’est pour ça qu’ils nous haïssent, et ils ont bien raison.

    Amen

  10. Eric,

    pour ce qui est de la démocratie, je me range tout à fait du côté de Feel O’Zof. La démocratie ne doit pas être seulemnt la dictature de la majorité ni le contraire.

    « Parce que dans ce cas-ci, celui du maire, les opposants semblent être en minorité, et donc, une simple prière ne mêle en rien politique et religion, sauf dans la tête de ceux qui haïssent la religion. »

    Il est bien facile de tomber dans le particulier pour analyser cette question. Mais je ne crois pas que le Tribunal des droits de la personne le pouvait. Et si je me mets dans la peau du plaignant, j’en arrive à ça :

    Si je me retrouve dans une assemblée civique, je ne veux pas qu’on induise qu’il est de la normalité de croire en Dieu et de réclamer ses bonnes grâces en public, puisque c’est admis par la tradition.

    Autrement dit, par une prière dans une assemblée on induit que la croyance en Dieu est à la base des liens sociaux, de la vie politique, alors que cette question ne demande pas de réponse de cette assemblée, puisqu’on n’y est pas pour discuter de spiritualité (à moins qu’un point de la réunion y soit consacré — et une église par exemple est un endroit tout désigné pour ce faire).

    Et pour y aller plus personnellement, il est bien clair pour moi que les derniers croyants pratiquants catholiques s’accrochent à ces derniers signes encore présents dans la sphère publique comme à des bouées de sauvetage. Voilà toute la signification de cette belle croisade anti-laïque!

    Darwin,

    « Si le « mouvement laïc » est une religion, ne pas jouer au hockey est-il un sport d’hiver ? »

    ha ha ha! Belle image, elle vaut mille mots!!! 😉

    Christian,

    mais tu sais bien que je ne fais que prendre la défense du seul athée du coin, il faut bien qu’on l’aide, le pauvre! 😉

    Bien heureux de m’être fait chatouiller par ta plume!

  11. David Gendron dit :

    Y en a encore qui confondent laïcité et étatisme. Je ne connais aucun symptôme de « religion athée » ou de « religion laïque » (Éric Bondo a bien raison de distinguer les deux), mais en ce qui concerne la religion étatiste, i.e. la croyance aveugle en la nécessité d’une hiérarchie de pouvoir engendrée par la violence, ses symptômes sont omniprésents dans nos vies.

    @Christian Mistral

    C’est rare que je vous lance des fleurs, mais vous soulevez un bon point ici.

    « C’est une évidence, à mes yeux, qu’un nouveau clergé laïc a supplanté l’ancien, religieux. Aussi pernicieux, peccable et jaloux de ses prérogatives que l’autre. Aussi puant et méritant qu’on s’y oppose, comme à tout ordre de choses. »

    Vous parlez du clergé étatiste, j’imagine?

    « Laissons-donc le maire Tremblay prier vingt secondes en début de séance, tant que ses commettants s’en accomodent majoritairement: le jour où ça ne leur plaira plus, ils voteront pour autrui, mais d’ici là, ce n’est certes pas à nous, baveux de grande ville, cliqueux de Plateau, Montréalais sophistiqués, à leur dicter ce qu’est l’orthodoxie républicaine. C’est pour ça qu’ils nous haïssent, et ils ont bien raison. »

    En effet, ce n’est pas à la Province of Culbec de s’en mêler. Cependant, en agissant ainsi, le Démago-Maire des Là-Là agit en dictateur et démontre que la médiocrassie pseudo-représentative étatiste n’est qu’un prétexte à l’émergence d’une tyrannie de la majorité. Mais c’est lui qui devrait prendre cette décision de séparer complètement la religion de son gouvernemaman municipal, pas la Province of Culbec.

  12. Cibole, David, n’en reviendras-tu donc jamais? Ça fait des années que tu nous fais chier avec ton Culbec. T’es pourtant loin d’être cave, et souvent t’as des fulgurances lucides, mais toujours tu reviens avec tes variations schizophrènes sur le thème du Culbec, agrémentées de calembours aussi épais que plats, et toujours tu te mets les pieds soit dans les plats, soit dans la bouche.

    Quelle politique est-ce là, de dénigrer le nom de l’endroit où l’on vit, dont on est issu, que l’on prétend vouloir améliorer? Quelle espèce d’oiseau rare chie dans son nid?

    Ciboire, David, je sais bien que tu n’en reviendras jamais. Lâche pas ta patate, mon frère: à ta manière, tu es intègre.

    Ne me lance plus de fleurs, s’tie, chu allergique. Pitche-moé les pots à place, j’en fais collection.

  13. David Gendron dit :

    Monsieur Bondo, si 99% des habitants du Québec étaient en faveur de l’extermination des Noirs, considéreriez-vous cela comme une décision légitime, même si ceci était hautement démocratique?

    « D’autre part, seulement 16% des Canadiens se décrivaient comme athées en 2008, 0,4% chez les Américains. »

    J’ai beaucoup de la misère à y croire, surtout aux USA. Les répondants ont souvent tendance confondre leur religion officielle avec les faits. Par exemple, officiellement, je suis catholique, mais je suis athée dans les faits.

    « Dans ce cas, pourquoi les marginaux décideraient que l’on doive se plier à leur dégoût du sacré?  »

    En quoi ces gens-là sont-ils « marginaux »? Les politiciens sont des gens bien plus marginaux et on se plie encore à leur autorité, à ce que je sache! Et en quoi les athées ont-ils quelconque autorité sur les croyants? Comment peut-on éructer une telle ânerie avec un gouvernement fondamentaliste chrétien de drouate étatiste à Ottawa et tous les privilèges pro-religieux consentis au Québec par l’État dans le maudit dossier des accommodements déraisonnables?

    « Et, je te le répète, nous sommes en démocratie, et 85% de la population n’est PAS laïque, mais bien croyante. On est très loin du 50% plus un, là. C’est plate, mais les partisans purs et durs de la laïcité doivent prendre leur trou. Parce que si ça en venait à un référendum, ils se feraient démolir gravement.  »

    Se servir de la violence pour imposer ses croyances fanatiques arriérées tribales a toujours été le propre des religions et des États. Et ce n’est pas parce que c’est hautement démocratique que c’est légitime.

    « Là où je m’inquiéterais, c’est au Fédéral, ou des organisations religieuses font contribuer leurs fidèles en masse à la caisse du Parti Conservateur. Pas dans une petite ville ou un maire veut simplement prier avec une majorité de gens qui l’appuient. »

    Et d’après vous, pour qui le Démago-Maire des Là-Là vote-t-il au fédéral?

  14. David Gendron dit :

    @Christian Mistral

    Ok d’accord, on va dire « Province of Quebec » si vous voulez. Et vous, cessez de sacrer, Dieu va être décu! 😉 Et vous savez très bien que le joual, c’est mauvais au Québec, mais pas en France! 😉 Ce n’est pas parce que vous êtes un vertueux artiste et moi un minable scientifique provenant de Labeaume Village que je n’ai pas le droit d’adopter certaines de vos propres méthodes.

    D’ailleurs, vous vous y connaissez très bien en fémi-favoritisme, n’est-ce pas?

    « Le cynisme n’est rien d’autre que l’art de voir les choses comme elles sont, plutôt que comme elles devraient l’être » -Oscar Wilde

    http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2010/07/21/mes-neologismes-une-explication/

    Mais bon, merci pour les compliments dans votre dernier commentaire, tout de même! 🙂

  15. David Gendron dit :

    « Quelle politique est-ce là, de dénigrer le nom de l’endroit où l’on vit, dont on est issu, que l’on prétend vouloir améliorer? Quelle espèce d’oiseau rare chie dans son nid? »

    Attention, quand je dis « Culbec », je dénigre son État, pas son territoire ni ses habitants. J’ai toujours dit que j’appuyais la « Séparation du Québec », pas la « Séparation du Culbec ». Lorsque je parle des québécois sans faire référence à leur État, j’écris toujours « Québécois » et non pas « Culbécois ».

    Et les Québécoises sont fort jolies, et celles de Montreal sont plus intéressantes, même si j’admets préférer les étrangères. C’est épouvantable, je suis raciste! 😉

  16. Artiste, oui, je le suis. Vertueux, c’est moins sûr. Tu es un scientifique, David? Cool. J’en connais plusieurs, en fait je compte autant d’amis scientifiques que littéraires. Mais minable? Pourquoi, minable? Pourquoi te décrire ainsi? Quel est le but? Ou l’origine? Pourquoi tu peux pas juste un peu jaser sans faire flipper les copains? Fuck…

    Par ailleurs, tu as certes le droit d’adopter certaines de mes propres méthodes. Tout le monde a le droit. On a le droit de peindre comme Dali et de sculpter comme Michel-Ange, si on sait comment faire.

  17. David Gendron dit :

    J’admets que « vertueux » était caricatural, et que « minable » était sarcastique.

    L’origine provient de mes comparses scientifiqueux (désolé Koval, mais c’est ce que j’observe, et ça ne s’applique pas à elle) qui méprisent ouvertement les artistes. Alors, je projette par inversion sur moi-même! Je ne suis pas du même acabit qu’eux, ce qui explique pourquoi je m’entends mieux avec les non-scientifiques, allant même jusqu’à suivre régulièrement le blogue de MFL. Je connais bien des artistes qui sont très respectueux à l’endroit de ce qui sort de leur univers.

  18. Je te remercie, David, d’avoir accepté d’échanger quelques mots avec moi, à visière découverte so to speak, comme deux chevaliers médiévaux épuisés des Croisades et crottés du chemin qui se rencontrent en sens inverse assis sur des canassons agonisants.

    Cette personne, Koval, à laquelle tu réfères, je ne la connaissais pas, donc je suis allé lire trois ou quatre heures tout ce qui pourrait m’en apprendre davantage, étalé sur les trois dernières années. Ton contentieux avec elle, celui de Maître Renart, quelques autres aussi, moins notoires. Ceux qui l’aimaient bien au contraire, avec lesquels elle semblait s’entendre mieux. Je voulais savoir, et c’est à cause de toi, si d’abord elle existait, puis si c’était une fille, puis si c’était une mathématicienne, puis si c’était une jeune mathématicienne. Je voulais me figurer aussi une bonne fois si elle m’exaspérait ou me charmait.

    J’ai trouvé réponse à toutes ces questions.

    Mais j’avais oublié pourquoi je m’étais mis à fouiller, quatre heures avant.

    C’était à cause de ces comparses scientifiqueux que tu évoques, lesquels mépriseraient ouvertement les artistes. Jamais auparavant je n’avais entendu parler de ça. Je creusais pour piger de quels scientifiques et de quels artistes on parlait (pas nominalement, tu comprends: juste distinguer le bachelier en Sciences Pures de vingt-deux ans du microbiologiste d’âge mûr qui poursuit des recherches visionnaires sur le cancer en inoculant des rats, juste distinguer l’artiste animateur de quiz de l’artiste qui écrit un beau poème), parce qu’artiste ou scientifique, faudrait être cave en sacraman pour mépriser la fonction de l’autre! I mean, c’est pas de respect Passe-Partout dont je parle, là: je veux dire qu’un scientifique éprouvant du mépris pour l’artiste est à la science ce que Xaviera Hollander est aux ursulines, et qu’un artiste aveugle et sourd aux travaux du scientifique est à l’art ce que la viole de gambe est au Heavy Metal. You know. Makes no sense…

    Mais bon, j’étais vraiment trop crevé pour approfondir. Me suis gardé un restant d’énergie pour t’écrire.

  19. Darwin dit :

    @ Renart

    «Belle image, elle vaut mille mots!!!»

    Merci, mais je ne l’ai pas inventée ! C’est Déréglé temporel qui l’a citée quelque part. Il l’avait prise ici :

    http://networkedblogs.com/22rtR

  20. David Gendron dit :

    En fait, je l’aime bien cette Koval. Je ne suis pas assez souvent d’accord avec elle, mais je l’aime bien!

    Il y a beaucoup de scientifiques qui méprisent ouvertement les artistes, du moins à Québec! Beaucoup plus que l’on ne le pense! 🙁

  21. Brouckaert Yves dit :

    Quelques mots en passant…

    Le mot laïc ou laïque est apparu vers l’an 1200 : baptisé (chrétien) qui ne faisait pas partie du
    clergé.
    Le Laïc est appelé à aider le prêtre dans l’enseignement religieux.
    (PM : les prêtres sont autorisés à revêtir l’habit laïque (sans doute pour aller voir Marie-
    Madeleine).
    Vers 1160, apparaît l’Inquisistion, qui est une Enquête ecclésiastique.
    Vers1260, l’Inquisition prend toute son ampleur : Tribunal ecclésiastique chargé d’enquêter afin
    de réduire toute tentative d’Hérésie.
    L’Inquisiteur est chargé de « pénétrer » celui qui fait l’objet d’une Enquête pour découvrir les
    pensées secrètes qui l’animent. Quels que soient les moyens utilisés, pourvu que l’on puisse
    brûler vif l’inévitable condamné.
    Vers 1960, si je ne m’abuse, apparut le Pape Jean XXIII, qui donna à l’Eglise catholique des
    couleurs humaines. Dès sa disparition, apparurent les « Papes politiques » et notablement
    antisémites, antimusulmans et allergiques à toute autre forme de pensée que la leur.

    A ce jour, il reste quelques aveugles, malentendants, malades mentaux, débiles profonds,
    séniles, etc. atteints de syndromes hallucinatoires, pour encore déclarer une certaine
    allégeance à cette secte sanguinaire qui est particulièrement opposée aux autres Sectes, qui
    sont tout autant inhumaines.
    Car il s’agit bien d’une secte. Et je ne parle que d’elle, puisque celle-ci seule semble provoquer
    des conflits considérables de l’autre côté de l’Atlantique.

    Démocratie : le pouvoir se trouve entre les mains du peuple.
    Il s’agit là d’un mot très utile à ceux qui entendent exercer leur pouvoir avec l’apparente
    complicité du plus grand nombre; pour faire bref : c’est la dictature de la majorité par procuration.
    Par exemple, le « type de Démocratie » exercée aux States est particulièrement injurieuse pour
    le peuple américain. Il s’agit d’une « Démocraturgie », encore moins affinée que le type de
    démocraturgie exercée dans l’antique cité grecque. Il n’y a pas qu’aux States. Je dirais qu’il
    existe à ma connaissance trois ou quatre réelles démocraties : Cuba, Vénézuéla, …., ….?).

    Constitution : ensemble des principes fondamentaux adoptés par un pays et servant de charte
    de référence à l’ensemble de sa législation.

    Foi : sentiment extrêmement controversé qui anime une partie des différentes peuplades
    déléguant ainsi leur existence et ses modalités à l’une ou l’autre secte.

    Les mots sont clairement définis (notions puisées dans le Lexis), il ne m’est donc pas difficile de prendre position dans cette affaire :

    j’imagine que chez vous aussi, l’Eglise et l’Etat sont clairement séparés : cette seule disposition
    interdit de fait toute gesticulation relative à une « foyance quelconque » dans un lieu public autre
    que le bâtiment prévu à cet effet. J’ose ajouter, que de telles assemblées doivent être proscrites
    aux mineurs.

    Ce Maire doit être destitué sur le champ et interdit à jamais de toute fonction politique.

    Je pense suivre avec d’autres mots, les raisonnements de Renart Léveillé, avec toutefois un bémol : vous parlez de spiritualité, en lieu et place de foi dans des dogmes jamais établis.
    La spiritualité est bien autre chose, il me semble, qui est le fait d’une introspection profonde refusant tout tabou. Et surtout n’admettant aucun prosélytisme.

    Yves

  22. Méchant christ de facho, Yves!

    Un nouveau clerc se substitue toujours à l’ancien, aussi obtus, aussi avide de pouvoir, autant dénué de raison.

    Tant qu’il y aura des gens de bonne foi ici en bas, d’absurdes diatribes indignes semi-signées par des gens comme toi demeureront lettre morte.

    «Ce Maire doit être destitué sur le champ et interdit à jamais de toute fonction politique.» ???

    Go fuck yourself, Adolf.

  23. Pardon, Pascal, je me suis emporté chez vous au-delà de la courtoisie minimale.

    Je voulais dire à Yves quelque chose comme: «Va te faire mettre, Napoléon!», mais dans le feu de la passion j’ai pas trouvé le ton.

  24. En complément, Patrick Lagacé fait écho à un mouvement citoyen (de la ville de Saguenay) qui va à l’encontre des prétentions de Jean Tremblay de représenter TOUS les Saguenéens dans sa croisade :

    http://blogues.cyberpresse.ca/lagace/2011/03/01/jesus-tremblay-de-saguenay-na-pas-que-des-disciples/

  25. Christian,

    tu ne peux pas savoir comment je suis fatigué…

  26. Take sweet care of your fine self, bro.

  27. Ça va revenir vite, je dois être dans mes règles… 😉

  28. J’ai jamais trop bien pigé ce que c’est qu’elles sont, ces fameuses règles dont chacune et chacun se réclament pour obvier aux nécessités de l’Instant, mais peut-être est-ce seulement parce que je suis un puceau de quarante-six ans. Je sais que ça a rapport avec le sang et la paresse, mais autrement je reste assis dans le mystère, le vomi rouge parfumé de bière, et une esquisse de fantasme qui ne survit pas au matin…

  29. the Ubbergeek dit :

    @Eric Bondo
    Un Déiste, comme aux Lumières, est-tu?

    Les mots volent bas des fois ici… On peut être croyant et rationnel et intelligent, svp. L’Hypothèse Dieu existe, possiblement… et qui sait…

    Aussi, en parlant de métal et de classique… étrangement, j’ai une sorte de préjugé-mauvaise opinion de la musique classique et associées (même si j’en écoute des fois avec plaisir). Ou plutôt peut être son status, le fais que certains snobs regarde cette musique comme ‘supérieure’ à la musique moderne, du ‘vrai art’… Et j’ai toujours comme suspecté un coté stérile, sans vie, hautain et prétentieux. Sans compter que milles dictatures l’on favorisées, l’on encensées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *