Coitus interruptus pour les fédéralistes

 

C’était beau à voir l’excitation des fédéralistes devant l’ouragan orange qui a frappé le Québec à la dernière soirée électorale, laissant un Bloc catastrophé, comme sur le respirateur artificiel. Jean « John James » Charest avait même fait un pipi nerveux :

 

les Québécois veulent dorénavant «se réinvestir» dans le Canada

 

C’était la meilleure blague (non intentionnelle?) des élections, avec, pas très loin derrière, la saga Ruth Helen Brosseau (qui s’est avérée pas mal moins drôle au final…).

C’était bien évident pour moi que cet appui massif au NPD n’était pas une confession de foi fédéraliste, encore moins, pour le dire autrement, un retournement de veste des souverainistes. En effet, à la lumière d’un très récent sondage Léger Marketing-Le Devoir, l’« appui à la souveraineté n’a pas fléchi d’un iota ». Même qu’au moment où le sondage a été fait, une hypothétique élection provinciale donnerait comme résultat un gouvernement majoritaire péquiste.

Avec l’évidence que le Québec se retrouve maintenant éjecté de la politique canadienne grâce à un gouvernement majoritaire sans son appui, entre autres, aiguisez vos couteaux fédéralistes, votre fantasme de statu quo englué est plutôt en train de se faire malmener!

 

Màj :

 

Un autre sondage confirme que l’appui à la souveraineté ne s’est vraiment pas éteint avec la dégelée du Bloc (le précédent 41%, celui-ci 43%)  :

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201105/19/01-4401232-sondage-crop-lappui-a-la-souverainete-se-maintient.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_actualites_747_section_POS1

Ce contenu a été publié dans Canada, opinions, politique, Québec, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Coitus interruptus pour les fédéralistes

  1. David Gendron dit :

    Tout à fait d’acccord!

    Cependant, c’est loin d’être gagné pour le PCul, surtout s’ils ne retiennent pas les leçons de la débandade du Bloc.

  2. gillac dit :

    Une seule chose est assurée en ce qui concerne le Québec; la volatilité de l’électorat. On a déjà voté presqu’au même moment pour Lévesque et Trudeau. Mon comté, considéré comme un château fort péquiste a voté au cours des 10 dernières années: PQ, PLQ, ADQ,PQ. Mais s’il y avait élection prochaine, je ne gagerais pas une cenne noire sur la réélection du député actuel. Si un sondeur m’appelle et me demande si j’appuie la souveraineté, ma réponse est oui. Si le même sondeur me demande si je suis prêt à donner un chèque en blanc à madame Marois pour réaliser la souvraineté, ma réponse est non. Dans un climat aussi volatil, ma prévision serait au mieux un futur gouvernement péquiste minoritaire surtout si la fusion CAQ-ADQ se réalise. Que madame Marois ne se démarque pas dans le contexte actuel est loin d’être rassurant pour les prochaines années.

  3. Goberge Pirate dit :

    Je ne pense pas qu’il y ait une si grande contradiction entre l’appui à la souveraineté et le choix du NPD au fédéral. L’indépendance est un débat strictement provincial qui n’engage nullement le fédéral. Peu importe ce que la Cour suprême dit à propos de la clarté du vote ou de la simplicité de la question, il reste que l’émancipation des peuples est un point de droit international et non pas strictement national.

    Pour ma part, j’ai voté NPD en toute connaissance de cause et je ne m’en considère pas moins indépendantiste. Je crois en la philosophie politique de gauche et je crois que le fait de désirer la souveraineté pour notre province ne nous dédouane pas de notre responsabilité pour les autres Canadiens. Tant que nous ne sommes pas indépendants, je pense que nous avons le devoir de tenter d’améliorer le Canada.

    Ce n’est pas l’affaire des Canadiens de nuire au Québec et à l’indépendance, mais ce n’est pas non plus l’affaire du Québec de nuire au Canada en s’opposant systématiquement à ce qui n’avantage pas le Québec.

  4. the Ubbergeek dit :

    Pour la souveraineté, il reste aussi Québec Solidaire, qui risque de faire des gains si la théorie ‘montée d’un électorat de gauche au Québec, est vraie…

  5. David Gendron dit :

    Ne pourrait-on pas penser à la meilleure façon possible de montrer la porte aux libéraux, avec un parti séparatiste de préférence.

    PLQ, DÉGAGE!

  6. the Ubbergeek dit :

    Oui mais, le remède pourrait être pire que le mal…

    Je vais être provocateur peut-être, mais vaut mieux Charest que Deltell et frères, idéologiquement; l’ADQ pousse encore plus à droite, on l,a vu.

    Vous voulez n’importe quoi – un gouvernement ADQ MAJORITAIRE? Pour aller avec Harper, les amis idéologiques au fédéral?

  7. Si Dumont ne s’était pas emmêlé dans ses pinceaux, dans la dernière semaine de la campagne électorale québécoise de 2007, l’ADQ aurait été élue minoritaire, en 2007!!! J’ai l’impression que ça aurait été mieux qu’avec Charest, donc, oui, the Ubbergeek, l’ADQ serait mieux que le PLQ qui est un parti corrompu!!! Et ne vous méprenez pas: j’étais découragé de la faiblesse de l’équipe adéquiste, à l’époque, tout comme je suis découragé de celle de l’équipe du NPD, présentement!!!

    Aux prochaines élections québécoises, je vote pour n’importe qui qui sera le plus apte à déloger mon inepte député libéral, que ce soit le PQ ou l’ADQ ou la CAQ-ADQ!!!

  8. Alex dit :

    Pour comprendre l’électorat québécois, ça ne prend pas de la sociologie; il faut opter carrément pour l’éthologie! L’électorat québécois vote, majoritairement, à l’instinct et ça me semble de plus en plus vrai dans les dernières années.

    2007: Irrité par l’arrogance de Charest et par Boisclair, l’électorat québécois se précipite vers ce qui semble tout neuf, l’ADQ, sans savoir ce qu’ils pensent. C’est pourquoi certains ont été bouche bée de les voir pratiquement renverser le gouvernement sur la question… des commissions scolaires. Pourtant, s’ils avaient lu le programme adéquiste, c’était écrit noir sur blanc dans la section sur l’éducation.
    2008: Harper menace notre culture, Dion nous lève le coeur, Jack est pas encore assez bon gars pour nous autres et Duceppe continue de faire le boulot. Qui plus est, l’Ontario n’est pas encore charmé par les chantres de la droite radicale donc, on ne s’en formalise pas et on se dit que ce sera un gouvernement minoritaire. Par contre arrivent la crise économique et une élection provinciale. En un an et demi, l’ADQ a surtout eu le temps de montrer son amateurisme, Pauline est là, mais on ne lui fait pas confiance avec nos finances et il y a Johnny Boy qui nous promet dur comme fer qu’il va avoir les deux mains sur le volant. Pendant que les indécis ne votent pas, la peur de la crise économique a pour conséquence que les autres votent pour un PLQ majoritaire.
    2011: On se questionne. 20 ans du Bloc à Ottawa… Pourquoi continue-t-on d’envoyer des souverainistes là quand, de toute façon, cette décision se prendra au Québec? Qui plus est, Jack nous semble sympathique et l’on croit qu’en embarquant dans la vague orange, on va bloquer Harper. Or, ce qu’on ne savait pas (et pourtant, l’élection de Rob Ford à la tête de Toronto aurait dû sonner des cloches) est que l’Ontario aime bien l’idée d’être dirigée par de gros rednecks. Donc, majorité conservatrice au grand dam d’un Québec où 4 personnes sur 5 ont voté contre eux.

    Certes, les fédéralistes ont festoyé: enfin le Québec envoie des amants du Canada à Ottawa. Sauf qu’ils ne sont pas totalement idiots. D’ailleurs, plusieurs angoissent en ce moment. L’équation est simple: gouvernement Harper majoritaire à l’antithèse des valeurs québécoises + élections provinciales en 2013 = forte probabilité d’un gouvernement péquiste et, qui sait, une ferveur de séparation accrue pour un pays auquel on ne voudra peut-être plus s’associer. Bon, évidemment, il reste deux variables inconnues à ce problème. La première s’appelle François Legault qui semble si attirante (encore une fois, on est dans le domaine des tripes et de l’instinct), mais qui pourtant pourrait s’associer à l’ADQ. Or, si les gens n’aiment pas, en bonne partie, les Conservateurs, pourquoi opteraient-ils pour des amants du Réseau Liberté-Québec? La deuxième variable, beaucoup moins probable, est qu’Harper soit si modéré pour un premier mandat majoritaire que les Québécois baissent leur garde.

    Bref, le party fédéraliste sera peut-être de courte durée… mais avec l’animal sauvage qu’est l’électorat québécois, toute prédiction est hasardeuse.

  9. the Ubbergeek dit :

    @Jean-Luc

    Maintenant.

    Mais LADQ icéologiquement est plus à droite, plus pro-patronat, donc attendez-vous à de la ‘couchette’ (comme dirait Claude Poirier) et lune de miel entre ADQistes et corporations.

    Plus dangereux potentiellement.

  10. reblochon dit :

    Les Québécois n’ont pas voté pour le fédéralisme, ils n’ont pas voté pour la gauche.

    « Ce que je vous dis c’est l’évidence. Ah, mais si les gens fonctionnaient avec leur tête, mais les gens ils ne fonctionnent pas avec leur tête, ils fonctionnent avec leurs tripes. La politique c’est une affaire de tripes, c’est pas une affaire de tête, […] Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, […] Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse. »

    (Et non ce n’est pas Jack qui a dit cela, Et ça prouve que les 94% de cons, ce n’est pas qu’au Québec. Vive la démocratie.)

  11. reblochon dit :

    L’appui à la souveraineté n’a pas bougé … pour le moment. Je parie qu’il va bientôt monter.

    Je vais me chercher du popcorn.

  12. the Ubbergeek dit :

    @reblochon

    Pour la gauche, peut-être. Le NPD est quand même pas un nouveau parti… à moins que l’on connaisse pas la politique canadienne, on sait sur quoi vagument le parti est.

    Au moins certain.

    Théorie; et si les résultats venaient aussi de progressistes écoeurés qui ont décidés de voter pour une fois?

  13. reblochon dit :

    Attends que Harper ajoute 30 nouveaux députés dans le ROC, fasse passer sa loi sur le financement des partis, donne son aide de plusieurs milliards à Terre-neuve pour concurrencer le Québec, nous impose quelques autres conneries du genre, du va avoir des fédéralistes mous qui vont se transformer en souverainistes mous et les souverainistes mous deviendront des souverainistes radicaux !

    Le Bloc était la police d’assurance de l’unité canadienne. J’ai jamais compris comment un fédéraliste pouvait souhaiter la disparition de ce parti !

    *Retourne remplir son bol de pop-corn*

  14. the Ubbergeek dit :

    On oublie souvent que le nationalisme québecois et le souverainisme ne sont pas synonimes..
    Et au moins, le nationalisme québecois risque de s’enflamer pour sur…

  15. reblochon dit :

    De mon entourage politique, tous on une histoire d’un ami québécois fédéraliste mou devenu souverainiste juste pour se sauver des 20 prochaines années du règne des créationnistes-réformistes de l’ouest. Encore hier soir, deux nouveaux cas rapportés dont chez une moitié d’anglo (quand on sait que ce sont parmi les plus réfractaires à épouser la cause indépendantiste). Reste à voir si cela ne devient pas une tendance.

    N’empêche que la vente du carte de membre du PQ et de QS ont augmenté de façon marquante et que l’appui à l’indépendance n’a pas bougé d’un poil vers le bas, bien au contraire.

    En passant, pour ceux qui aurait vu l’article d’un journal torche-cul disant que l’appui à la souveraineté chutait parce que la manif des patriotes avait rassemblée cette année seulement 200 personnes, c’est le nombre constant d’année en année pour cette manif. Un autre moment de désinformation de nos bons amis de Gesca.

  16. Reblochon,

    le reportage au Téléjournal à ce sujet était aussi pas mal désinformant. On a bien pris soin de presque seulement faire parler des gens déprimés par la défaite du Bloc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>