24 septembre : l’indignation est un luxe

 

Je voulais vraiment aller à la manifestation d’hier à Montréal, malgré le discours d’un bon ami qui me disait, avec raison dans un sens, que ça ne sert strictement à rien, qu’il faut viser seulement la grève sociale générale. Je me disais que celle-là, elle valait la peine, et qu’il fallait un max de monde, question de bien marquer notre mécontentement.

Quoi qu’il en soit, j’ai eu un empêchement familial, et je suis revenu chez moi juste à temps pour voir le reportage qui débutait le bulletin de nouvelles du Téléjournal de Radio-Canada à 18h. En voyant les images choisies de la manifestation, j’ai été très déçu de constater qu’il semblait y avoir eu un peu plus de 1000 personnes (une vidéo que je viens de visionner donne plus l’impression qu’il y en avait environ 2000, comme ce que les organisateurs ont déclaré). Dans le topo du journaliste à la fin du reportage, il avançait qu’il y avait eu 600-700 personnes… Et pour comble, il terminait en disant qu’il n’y a rien là pour ébranler le gouvernement. J’étais vraiment en beau fusil!

C’est vraiment classique, Radio-Canada annonce toujours une estimation absurdement basse. Je ne comprends pas, d’autant plus que c’est une journaliste de Radio-Canada, Marie-Maude Denis, qui déterre, sans doute avec l’aide d’autres collègues, ce qui nourrit l’indignation de la population, enfin la partie sensible, depuis un bon bout de temps. J’ai toujours pensé que c’est la connivence Radio-Canada-La Presse qui fait son oeuvre en tentant de couvrir le fédéraliste PLQ, mais là, c’est inextricable.

Ce qu’il y a aussi d’inextricable pour moi, c’est de savoir où se trouve ma déception. Premièrement, la question des médias sociaux. Oui, la manifestation a été annoncée principalement sur Twitter, mais aussi sûrement beaucoup sur Facebook, alors que presque la moitié des Québécois y sont. En conséquence de quoi, puis-je être extrêmement déçu de la quantité de gens qui y ont été présents? Est-ce que je peux être complètement désillusionné du soi-disant pouvoir des médias sociaux, que je pourrais appeler ici l’ultime outil technologique de bouche à oreille? Il faut se comprendre, je ne veux aucunement ici dénigrer le travail des organisateurs, ni la gentillesse des gens qui ont relayé l’information.

Sinon, je ne peux pas croire que la plupart des gens pensent comme mon ami, qu’ils sont prêts à se décoller les fesses de leurs fauteuils et de leurs chaises, mais surtout pas dans une manifestation! Alors, je peux bien avoir un immense doute quant à la réalité prochaine d’une grève générale. Il semble malheureusement qu’il va falloir qu’on se fasse saigner à blanc avant de bouger. Et ne doutons pas que ce chemin se pave tandis que nous nous dirigeons vraisemblablement vers une autre élection gagnante pour Charest et sa bande, grâce à un autre scrutin à l’aveugle, gracieuseté de nos merveilleux moutons vendus aux libéraux, et à l’épidémie d’autruches abstentionnistes, je-m’en-foutistes et cyniques. Cette dernière phrase se mérite un enrobage très ironique, et la totalité se mérite un tabarnac bien senti!

Il y en a pour dire que les gens de droite ont boycotté. Et c’est vraiment l’impression que j’ai eue, dans ce que j’ai pu lire sur Twitter. Pourtant, je crois que les gens de droite, enfin celle antiétatique, devraient craindre ce résultat. Nous avons le parfait exemple d’un État voyou envers sa propre population, et les gens ne réagissent pas devant cet évident détroussement. Visiblement, la propagande comme quoi l’État c’est le diable tout court n’a pas pris racine. Et ceux-là qui encensent la liberté individuelle à tout prix et crachent sur la solidarité devraient prendre note qu’ils se tirent dans le pied. Il n’y aura pas ici de Tea Party.

À constater la mollesse de la population, j’en arrive à la conclusion que l’indignation est un luxe.

Ce contenu a été publié dans Actualités, Journalisme, Justice, opinions, politique, Québec, société, Technologie, Twitter, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

19 réponses à 24 septembre : l’indignation est un luxe

  1. Je partage la déception face au nombre, mais je n’en étais pas non plus, étant à plus de 500 km de la manifestation et revenant tout juste d’un déplacement. Je me dis que je ne peux pas faire faire mes commissions par d’autres. Ceci dit, je ne sais pas ce qu’il faudra pour faire se réveiller les gens. Je mets un lien vers une entrevue « off » de Marie-France Bazzo avec Dominic Champagne, qui en quelques minutes partage la même indignation que toi (et moi). http://bazzotv.telequebec.tv/larallonge.aspx

  2. Mouton Marron dit :

    C’est vrai qu’il n’y avait pas grand-monde mais il ne faut pas en faire tout un plat.

  3. Francine Trudeau dit :

    Je suis aussi déçu du nombre de participants, toutefois je suis surprise et heureuse du type de manifestant. Beaucoup de tête poivre et sel, des blanches, des monsieurs et madames à des années lumières du manifestant typique abonné à tout ce qui peut faire tenir une pancarte.

    J’en déduis qu’une partie de ceux qui y étaient en ont vraiment raz le bol pour avoir pris la peine de se déplacer pour une manifestation annoncée à une semaine d’avis. Ces derniers qui peuvent y avoir pris goût pourront bien convaincre leur entourage et être présent au prochain rendez-vous. Pour se chauffer rien de mieux qu’un bon feu solide et non un feu de paille.

    Moi non plus je n’y était pas pour raison familiale. Pas facile d’expliquer à sa mère âgée que tu ne peux lui rendre un service parce que tu vas aller t’énerver dans la rue. Il y a toujours moyen de lui expliquer d’avance mais c’est déjà un gros travail.

    Je verrais bien un rendez-vous hebdomadaire mais le vendredi. Après tout, les tours à bureaux de 15 à 20 étages du coin sont remplis de citoyens salariés écoeurés et indignés. J’en suis bien convaincue, j’y ai travaillé durant 25 ans. Facile de prendre une pause pour participer.

  4. Lawrence dit :

    S’il faut croire ce que Éric Duhaime a dit jeudi ou vendredi dernier, dans son cas à lui, il a refusé d’y prendre part parce que la manifestation serait noyautée par la CSN, si lui, il pensait de cette façon, rien ne dit que les autres gens de droite n’y sont pas allés pour la même raison.

  5. Steve dit :

    @Lawrence : Comme disait JoceRoy sur Twitter : « Pourtant @endroiteligne (Éric Duhaime) et #rlq ont endossé la manif du 11 avril 2010 « noyautée » par une station de radio de Québec… #polqc »

    http://twitter.com/#!/JoceRoy/status/117921002243100672

  6. Jocelyn Girard,

    un gros merci pour ce lien. Ça me réconcilie un peu avec moi-même…

    Mouton Marron,

    la déception est un plat qui se vomit à chaud.

    Francine Trudeau,

    « pour avoir pris la peine de se déplacer pour une manifestation annoncée à une semaine d’avis. »

    c’est vrai que c’était rapide, mais c’était aussi rapide du fait que c’est encore frais à la mémoire…

    Lawrence,

    je trouve complètement aberrante cette sortie de Duhaime. C’était bien certain qu’il allait y avoir des syndicalistes… Ils sont « libres » d’aller où ils veulent!

    Mais bon, Duhaime, c’est un peu comme le cheuf de la droite, les moutons ont suivi…

    La situation actuelle fait suer tout le monde, sans égard d’être à gauche ou à droite. Et puis, les syndicalistes sont aussi des humains, à la base.

    Ça nourrit son image de parano suintant.

  7. Sara dit :

    J’ai pris connaissance de cette manifestation que lorsqu’elle a été montrée, brièvement, au bulletin de nouvelles et pis pourtant, je suis une trentenaire active sur Facebook où j’y ai 3-4 ‘amis’ qui bossent dans les médias, des personnes qui auraient pu informer tous leurs contacts de cette manifestation via un simple statut.

    Peut-être que si l’invitation aurait été lancée plus adéquatement (utiliser des porte-paroles qui peuvent rassembler pas mal de monde, annoncer l’événement dans le Voir, etc.), la réponse aurait été plus ‘impressionnante’…

  8. Hansel dit :

    J’y étais et c’était un peu la confusion. Manif contre le Berger Blanc, les étudiants, etc… 3-4 manifs en une. Je suis très déçu du nombre de participants. J’ai 3 jeunes enfants et pleins de trucs à faire de mieux le samedi que ça et je suis allé. Avec des amis de Ste-Julie qui avaient faits garder leurs enfants et tenaient à y être. Cependant je suis d’accord que la qualité et la diversité des gens présents m’ont rassuré . Y faut pas lâcher . C’est une pratique. Il faut créer un buzz. Y faut qu’ils décrissent ces arrogants baveux corrompus. Les Québécois se laissent marcher dessus et s’excusent en plus. Come on ! Réveillez-vous, calvaire ! On est loin d’un pays !

  9. gillac dit :

    Deux capacités nous manquent cruellement comme peuple: l’indignation et le discernement. Après avoir lu le rapport Duchesneau et entendu ce dernier à TLMP, je suis de plus en plus convaincu que nous sommes face à une habile manoeuvre de diversion concocté dans le war room de Charest. Je crois que le bon peuple est facile à manipuler avec la complicité d’un ancien chef de police qui à grand frais dira ce que celui-ci veut entendre sans que ceux qui dictent le jeu soient touchés. Mais qui lira le rapport avec un oeil averti?

  10. gillac dit :

    Pour ceux qui aiment lire plus que quelques lignes, un texte percutant que je viens de découvrir:
    http://voir.ca/jepenseque/2011/09/08/lettre-ouverte-aux-autres-humains/

  11. J’ai justement commencé un billet sur le sujet et j’ai laissé tombé. Je n’ai pu y être moi non plus et une petite voix dans ma tête me disait que très peu de québécois s’y présenteraient. Pourquoi? On est trop moutons et/ou trop indifférents.

    C’est que les québécois en général ne sont pas assez forts ou motivés pour prendre « les armes » et aller s’affirmer devant un gouvernement qui si fiche bien d’eux, tant qu’il est au pouvoir. Et certainement que les grands penseurs du parti libéral ont pensé comme moi, « t’en fait pas Johnny, les québécois sont trop vaches pour faire une véritable manifestation… »

    Je suis content au fond de ne pas avoir participé à cette manif parce que j’aurais été tellement en TA de voir que si peu s’y étaient présentés, j’aurais certainement sauté une coche.

    Tu connais l’expérience de la grenouille dans l’eau bouillante? Ben c’est ça. Les grenouilles sont cuites et y’a rien à faire. Rien pour les faire sortir de leur LazyBoy, rien pour les décider à faire entendre leur voix.

    Je commence à croire que Jean Charest va être réélu.

  12. philippe dit :

    Moi j’y étais avec mes deux jeunes enfants et on a passé un très bel après-midi. C’est certain que si je m’étais dit « ça ne vaut pas la peine, de toute façon, il n’y aura pas grand monde », il y aurait eu 3 personnes de moins et je serais déçu du petit nombre de participants en regardant les infos à la télé. Mais chez nous, on a pas la télé pour nous dire quoi penser. On se fait une idée en lisant tous les journaux et finalement, c’est pas en chialant devant sa télé qu’on se débarrasse de la corruption mais c’est en allant le crier dans la rue. Samedi, on était un milliers de personnes et la prochaine fois, un peu plus. L’idée, c’est de faire comprendre aux grosses feignasses qui gueulent devant leur télé qu’il y a du monde qui se grouillent pour faire avancer les choses et peut-être qu’un beau jour, le message va se faire un chemin dans leur petit cerveau de consommateurs silencieux: eux aussi peuvent contribuer à faire chanser les choses. Pour ce qui est de la gauche-droite, on a jamais vu un militant de droite prendre la rue contre la corruption, ça serait bien le monde à l’envers!

  13. Sara,

    cela ne fait que me conforter dans ma désillusion du pouvoir des médias sociaux, en tout cas quand il est question de politique. Pour ce qui est, par exemple, du toupet de Justin Bieber, c’est une tout autre histoire… ;-)

    Hansel,

    « C’est une pratique. »

    espérons…

    Gillac,

    « je suis de plus en plus convaincu que nous sommes face à une habile manoeuvre de diversion concocté dans le war room de Charest. »

    dans quel sens?

    Moi je ne pense qu’au fait qu’il dit qu’il devrait y avoir une enquête à huis clos, donc un genre de compromis. Comme si Charest se rendait compte qu’il n’a plus le choix d’en donner un peu…

    JF L’Internaute,

    on est pas mal dans le même état d’esprit…

    Philippe,

    « Pour ce qui est de la gauche-droite, on a jamais vu un militant de droite prendre la rue contre la corruption, ça serait bien le monde à l’envers! »

    et ils ne semblent pas majoritaires…

  14. Vincent dit :

    «Personne ne ment autant que l’homme indigné» — F. Nietzsche.

    Les Québécois sont ma foi majoritairement honnêtes.

  15. gillac dit :

    Un jour, un PM, harcelé de toute part quant à l’industrie de la corruption, convoqua son équipe de stratèges et de conseillers en communication. Il bâtirent ensemble le plan de match suivant:
    1- recrutons une personne connue avec un aura d’intégrité, un ancien chef de police par exemple dont personne ne se souviendra de ses performances passées (par ex. à l’aéroport de Montréal)
    2- après lui avoir donné des honoraires alléchants et carte blanche pour embaucher ses amis, joyeux retraités de la police, faisons une belle conférence de presse à ses côtés
    3- un an plus tard, celui-ci produira un rapport qui dira ce que le peuple veut entendre avec l’aide d’une firme de communication qui sera capable de recopier les rapports du vérificateur sans que ça paraisse trop ainsi que quelque données que le MTQ gardait dans ses tiroirs.
    4- par la suite, encourageons notre chasseur de fantômes à dire devant le plus de monde possible que durant tout ce temps il avait reçu un appui indéfectible du PM et du ministre et qu’il avait travaillé au péril de sa vie…
    5- interrogé sur ses résultats concrets, il dira alors que son rôle était purement préventif et que le ministère est en voie d’appliquer ses précieuses recommandations; un nouveau département de fonctionnaires est créé afin de les appliquer
    6- le bon peuple se rendort

    Note; ceci est une fable écrite à titre préventif; pour avoir du sens, une commision d’enquête doit être publique sinon on tombe dans la « juristocratie »

  16. Vincent,

    ta citation me semble tellement absurde qu’elle doit bien se sentir seule dans ma section commentaire, hors contexte…

    Gillac,

    très belle fable!

  17. Vincent dit :

    Faut la lire dans le contexte, Renard.

  18. Vincent dit :

    Faut la lire dans le contexte, Renart.

  19. Alors, Charest doit être le plus indigné du Québec…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>